Pages Navigation Menu

(il y a un jeu de mots)

Rencontres d’Arles 2011 : demandez le programme !

« Non conforme« . A défaut d’être à thème, cette édition 2011 des Rencontres d’Arles affiche son état d’esprit dans ce label apposé au zébu emblématique de l’année (je me suis toujours demandé si le motif choisi pour une édition avait un rapport avec le thème, sans jamais trouver la moindre connexion, mais cette année… comme on est au pays des toros, le zébu serait-il un toro non conforme ?).

C’est la dixième édition de la nouvelle formule des Rencontres, et son directeur François Hébel a tenu à faire référence à cette décade :

En 2002, pour la première édition de la nouvelle formule des Rencontres d’Arles, nous prenions en compte l’élargissement de la palette du photographe par le numérique. Nous présentions Here is New York (Voici New-York suite aux attentats du 11 septembre), premier phénomène de l’ère digitale mélangeant professionnels et amateurs, et nous affirmions le genre de la photographie « vernaculaire ». Dix éditions plus loin, le monde a changé, la photographie et son public aussi.

Les temps forts de cette édition (programme complet sur le site des Rencontres) :

Manifeste est une exposition collective, signée par cinq commissaires d’exposition (dont les photographes Martin Parr — décidément incontournable à Arles — et Joan Fontcuberta) rassemblant les œuvres de 36 artistes, axée sur la nouvelle ère photographique née avec le numérique.

La présence de Chris Marker, auteur de courts métrages documentaires, peut surprendre dans un festival de photographie, mais Marker a un style très personnel, utilisant fréquemment des images fixes associées à un commentaire « off ». C’est une rétrospective qui lui sera offerte au Palais de l’Archevéché.

En dépit des turpitudes de l’année du Mexique en France, les expositions prévues à Arles ont été maintenues, témoignant de « la longue amitié qui lie Arles et le Mexique ». Des vintages de la révolution mexicaine de 1910, une rétrospective consacrée à Graciella Iturbide, et une sélection d’artistes contemporains sont au menu.

Hasard (?) bienvenu de la programmation, le contenu de la « valise mexicaine » de Robert Capa, contenant des négatifs de la guerre d’Espagne égarés depuis 1939 et retrouvée récemment à Mexico sera exposée pour la première fois en Europe. Une sélection parmi les 4500 négatifs retrouvés, signés, outre Capa, par Chim (David Seymour) et Gerda Taro.

Photojournalisme également avec les photographies du New York Times Magazine, supplément hebdo du quotidien newyorkais, mais également portraits et photos de mode.

Arles est depuis toujours un révélateur de talents (sans oublier le travail des organisateurs de l’édition Voies Off), cette année encore le Prix Découverte récompensera un photographe parmi la vingtaine présélectionnés et exposés. Pour célébrer cette dixième édition, les lauréats depuis 2002 seront également exposés.

Voilà pour l’essentiel, mais il y aura d’autres expos, officielles ou parallèles, comme chaque édition de quoi se remplir les yeux pour une année.

Le programme des soirées :

  • mardi 5 juillet : La Valise Mexicaine, et le prix Oskar Barnack Leica
  • mercredi 6 juillet : Hommage à Roger Thérond (éditeur de Paris Match, créateur de Photo et grand collectionneur),  un mano a mano VII & Tendance Floue, et l’European Publishers Award
  • jeudi 7 juillet : Mitch Epstein, Prix Pictet, et Prix Découverte des Rencontres
  • vendredi 8 juillet : Nuit de l’Année dans les Arènes
  • samedi 9 juillet : JR

Et il ne faut pas oublier les stages, les ateliers, la revue de portfolio : à voir sur le site des Rencontres ou le programme des stages à télécharger directement. Il n’est pas tout à fait finalisé, en particulier du côté des formats ateliers / un jour avec, mais voici l’essentiel des stages (plus d’infos dans le programme à télécharger ou par mail stage(a)rencontres-arles.com :

  • MARTINE RAVACHE Comprendre et décrypter les images photographiques
  • ALBERTO GARCÍA-ALIX Garder l’œil alerte
  • PIERRE GONNORD À la rencontre de l’Autre Moi
  • JEAN-CHRISTIAN BOURCART Sphère privée
  • PAOLO WOODS Raconter des histoiresKLAVDIJ SLUBAN Étapes méditerranéennes pour un reportage sensible
  • DIANA LUI Le portrait à nu
  • CHRISTOPHER MORRIS Développer son propre style photographique
  • JEAN-CHRISTOPHE BÉCHETLe territoire : un espace et un temps pour le regard
  • LAURE VASCONI Histoires de lumières : une narration et ses atmosphères
  • GRÉGOIRE KORGANOW Le « Je » photographique
  • ANTOINE D’AGATA Aux limites de l’acte photographique : un journal intime
  • RHONA BITNER S’écouter et donner à voir
  • FRÉDÉRIC LECLOUX Récit photographique : l’expression de choix personnels
  • ÉRIC BOUVET Reportage : aptitudes techniques et engagement personnel
  • LUDOVIC CARÈME Portrait : une écriture intime et engagée
  • LÉA CRESPI Autour des choses : construire une série personnelle
  • ARNAUD BAUMANN Images en pages : de l’idée au livre
  • OLIVIER CULMANN Trouver sa propre photographie
  • ANTONIN KRATOCHVIL Visages dans la cité : entre portrait et reportage
  • LAURENCE LEBLANC Dépasser la surface des choses
  • TINA MERANDON Le corps dans l’espace
  • JEAN-LUC MABY Maîtriser la lumière : du patrimoine au portrait

Au-delà de la semaine d’ouverture, les expos sont ouvertes tout l’été, jusqu’au 18 septembre. Si vous ne faites pas le voyage, n’hésitez pas pour le détour…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*