Les passerelles entre le 7 ème et le 8 ème art (oui, la photographie dispute ce classement avec la télévision et la radio) sont nombreuses, et l’on ne compte plus les photographes s’étant exprimés par le cinéma, ou les réalisateurs ne dédaignant pas l’image fixe. Plusieurs légendes photographiques ont signé des œuvres cinématographiques intéressantes dans lesquelles nous pouvons nous replonger grâce au web. 

Il faut noter que les publications sur YouTube, Daily Motion, Vimeo, vont et viennent, il est donc possible que certains liens ne fonctionnent plus. Si vous trouvez une alternative, merci de donner le lien dans les commentaires !

Robert Frank avec de nombreux courts et longs métrages, dont Cocksucker Blues (titre que je ne traduirai pas), documentaire à main levée, en noir et blanc et en couleur, qui relate une tournée des Stones en 1972, jamais distribué pour causes de scènes relatant trop fidèlement l’ambiance de débauche de l’époque. Mais on le trouve sur le net en cherchant bien sur les annuaires torrent en particulier. On le trouve pour de brèves périodes sur YouTube mais jamais bien longtemps au même endroit, à la place s’affiche « cette vidéo a été supprimée car elle ne respectait pas les règles de YouTube concernant la nudité et le contenu à caractère sexuel« . Néanmoins, au moment où cet article a été rédigé, on peut le voir là : https://youtu.be/MjklyzZ-m1Q (1ère partie) et là : https://youtu.be/UEIqRJvzWik (2ème partie). Histoire de vérifier que l’expression « Sex, drugs and rock’roll » repose sur du concret.

A voir également le court métrage Pull My Daisy (26mn) adapté de Jack Kerouac.

Egalement inspiré par Kerouac, le film Candy Mountain réalisé par Frank en 1988 avec une belle brochette de musiciens est disponible en DVD. 

William Klein a signé en 1966 Qui êtes-vous Polly Magoo ?, satire du monde de la mode et la télé, avec un casting bien garni qu’on peut voir sur YouTube.

Ou encore le délirant Mr Freedom https://youtu.be/_ukayng42VI et le documentaire sur la carrière du boxeur Mohammed Ali the Greatest https://youtu.be/uzVYLE1L-zA . A voir aussi son reportage de mai 1968 Grands soirs et petits matins https://youtu.be/8qhYBkfYjRg .

On pourra passer sur Stranded in Canton, malgré toute l’estime que je porte à William Eggleston, une vidéo brute de décoffrage en noir et blanc filmée à la Nouvelle Orléans https://youtu.be/-2YUzboqaHQ assez irregardable. 

Les mystères du Chateau de Dé, tourné à la villa Noailles en 1929 est un des nombreux films surréalistes de Man Ray, à découvrir sur Viméo avec d’autres expérimentations comme Le retour à la raison, montage de photogrammes de 1923 https://vimeo.com/62121074 (ou plus bas, une version illustrée musicalement , Emak-Bakia https://vimeo.com/rbtal/emak-bakia, cinépoème de 1926 et l’étoile de mer https://vimeo.com/7734447, adaptation d’un poème de Desnos, avec Kiki de Montparnasse.

Il y en a encore bien d’autres, je ne veux pas oublier Raymond Depardon, mais je n’ai pas trouvé de film en intégralité sur le net, ni Gordon Parks, objet d’une superbe rétrospective il y a quelques années à Arles, réalisateur entre autres de l’inoubliable Shaft, dont le générique d’ouverture est à savourer sur https://youtu.be/pFlsufZj9Fg , morceau légendaire d’Isaac Hayes inclus.

D’autres trouvailles ? A vous de jouer dans les commentaires…