01_Couv 265

 

Arrivé aujourd’hui dans les boites aux lettres, marchands de journaux et tablettes, voici Réponses Photo, épisode 265. C’est une célèbre photographie d’Henri Cartier-Bresson qui fait la couverture, annonçant le dossier “L’exemple des grands photographes”. Nous avons tous quelques photographes qui ont aidé à construire notre regard (pour moi Ernst Haas, William Eggleston et Luigi Ghirri — entre autres), ce dossier explore notre relation avec nos idéaux : ce qu’ils nous ont appris, comment s’en inspirer, comprendre leur style, les grands classiques analysées.

L’édito de Sylvie Hugues

Le débat est intemporel et nous n’avons pas la prétention de le clore ici : faut-il d’abord apprendre la technique pour ensuite développer un style photographique personnel ? Ou est-il préférable de commencer par éduquer son regard en visitant des expos et en regardant des livres (de photos, comme de peinture ou de sculptures) ? Bien sûr, le sage dirait qu’il faut combiner les deux dans une pratique équilibrée et réfléchie où la compétence technique et l’éducation artistique cohabitent… Ce serait la version “photographique” du célèbre “Mens sana in corpore sano”, phrase extraite de la dixième Satire de Juvénal. Posséder “un esprit sain dans un corps sain” est un idéal à atteindre mais à écouter certains sportifs (notamment les footballeurs…) et à voir, en parallèle, la forme physique de certains intellectuels, on se dit que l’Homme préfère visiblement choisir un seul positionnement et développer soit son corps, soit son intellect !

En étant réalistes, nous remarquons que les grands techniciens de l’image (en argentique comme en numérique) préfèrent disserter sur le rendu d’une couleur improbable que de s’intéresser à l’art du cadrage chez un auteur du siècle dernier. Et réciproquement, les visiteurs des grandes expositions se moquent royalement des espaces couleur et des possibles diffractions quand on diaphragme.

Navigant au cœur de ce dilemme technico-artistique depuis plusieurs années, Réponses Photo cherche à définir un point d’équilibre qui pourrait s’incarner dans notre passion commune de la prise de vue. C’est en effet au moment de passer à l’acte que tout se réunit : ce court moment fait appel à notre œil (dans le viseur), à notre cerveau (qui choisit le cadrage), à notre doigt (qui déclenche) et à nos jambes (choix de la distance et du point de vue). La photographie est donc un sport complet, où physique et intellect se rejoignent. Pour en être persuadé, il suffit de regarder, à l’exposition du Centre Pompidou, les vidéos montrant Henri Cartier-Bresson en train de photographier. Véritable danseur dans la rue, l’esprit alerte et incisif, avec tous les sens en éveil et un jeu de jambes stupéfiant, Cartier-Bresson reste l’incarnation vivante de la photographie, entre instinct et raison, maîtrise et hasard, géométrie et fulgurance.

Il était donc évident pour nous d’ouvrir ce numéro consacré aux “grands photographes” avec lui et de s’interroger sur son héritage. En tant que praticiens, la culture photographique et son pendant l’histoire du médium, sont d’abord des sources d’inspiration. Nous admirons bien sûr certaines œuvres pour leur beauté, mais aussitôt nous cherchons à savoir le pourquoi et le comment de cette réussite. Et là, nous retrouvons nos experts en technique qui vont demander avec quel appareil l’auteur a travaillé, avec quel logiciel, quel film, quel papier… tandis que l’historien d’art se concentrera, lui, sur les courants esthétiques et le contenu sémiologique ou psychologique de l’œuvre.

En plus de ces deux approches, nous en proposons une autre dans ce numéro : elle est fondée sur une lecture attentive du cadrage, de la composition, de la lumière, de la profondeur de champ, du contraste, du tirage… Nous vous proposons ici, modestement, une petite esquisse d’une histoire de la photographie revisitée sous un angle utilitariste. Parce que tous les artistes se copient, s’inspirent les uns des autres et que c’est même exactement pour cela, grâce à cette ouverture d’esprit et cette porosité intellectuelle, qu’ils deviennent des artistes !

 

Le sommaire

(cliquez sur les pages pour les agrandir)

02_Sommaire_265-1 03_Sommaire_265-2

 

Quelques pages

Ce diaporama nécessite JavaScript.