J’emprunte ce titre au prochain hors-série de Réponses Photo, ainsi que le lien vers ce site vers lequel je ne résiste pas à vous renvoyer en avant-première. Ce numéro (sortie début novembre) s’interroge sur ce qui fait une bonne photo, en l’illustrant avec les résultats du concours des concours, où les mêmes photos ont été jugées par des jurys différents, avec des résultats… différents. Mais je n’ai pas le droit de vous en dire plus. Par contre, à l’occasion de ce dossier, un site assez fascinant a été déniché. Il s’agit de Acquine, un acronyme de Automatic Rating of Photo Aesthetics – Aesthetic Quality Inference Engine qu’on pourrait traduire par “système automatique d’évaluation de la qualité esthétique d’une image”.

L’idée de cette recherche universitaire conduite aux universités de Pennsylvanie et de Stanford (qu’il faut prendre pour ce qu’elle est : une recherche expérimentale) est de modéliser un ensemble de critères techniques pour déterminer la qualité esthétique d’une photo.

Et ce qui est génial, c’est qu’on peut tester la qualité de ses propres images ! J’ai donc chargé le lien vers la photo ci-dessus que j’ai récemment publiée sur la vie en gris, et qui semblait susciter des réactions plutôt positives. Score : 0,6. Pas sur 10, sur 100 !

Non, mais je ne vais pas me laisser faire par une foutue machine ! Autres essais …

Guère mieux pour ce deuxième essai, pourtant un peu mon image fétiche… 11,1/100

 

J’approche de la moyenne (un peu surpris) : 48,2/100…

 

Là c’est pas mal 89,2/100

Et là c’est le top : 93,3/100 !

Chers lecteurs, ceci est un défi. A vous de faire mieux que moi — ou de faire pire que ma première image : 93,3 ou 0,6 à battre ! Indiquez votre note et mettez un lien vers votre résultat dans les commentaires si vous battez un de ces scores.

Les concepteurs d’Acquine cherchent à améliorer leur algorithme en permettant de noter les images passées dans leur système avec des étoiles et la sélection de 3 éléments qualitatifs de l’image.

Une version un peu plus sophistiquée, qui donne des exemples comparatifs a été développée sous le nom d’OSCAR. Pour plus de détails sur le moteur d’évaluation, vous pouvez télécharger le pdf (en anglais).

 

Post-scriptum :


Je le savais, je suis meilleur que Cartier Bresson. Maintenant c’est prouvé.