Ce ne sera donc pas le 5, mais le 4S… Peu importe (sauf pour la bourse qui semble être déçue, juste à cause d’un numéro ?). Le nouvel iPhone fait plein de trucs nouveaux et plus mieux qu’avant dont vous lirez les détails partout, ou dans cette vidéo, concentrons nous sur l’appareil photo, présenté comme un des points forts de cette mise à jour. “Probablement le meilleur appareil photo jamais vu sur un téléphone” dixit Apple. Rien que ça.

Comme prévu, c’est un 8 megapixels (3264 x 2448), ce qui donnera plus de confort pour les tirages ou un éventuel recadrage — une fonction maintenant intégrée alors qu’il faut actuellement recourir à une app pour le faire, idem pour la retouche (mais sans doute seulement une touche amélioration automatique).

L’optique est nouvelle, avec 5 lentilles, un filtre infrarouge et une ouverture de f:2,4 (contre f:2,8). Résultat, une netteté améliorée de 30% (on sait pas trop de quoi on parle, mais on a l’idée générale).

Le capteur, outre ses pixels à la hausse, promet un gain de qualité, c’est un CMOS rétro éclairé, la formule du moment. Il sera aidé par la nouvelle puce de l’iPhone : balance des blancs améliorée de 26% (26% de quoi, je ne suis pas sûr…), détection de visages pour de meilleures mises au point et expositions.

Avec cette puissance accrue, l’enregistrement se fait plus rapidement, plaçant l’iPhone en tête des photomobiles (nouveau mot, c’est ici que vous l’avez lu la première fois), comme le montre ce beau chart piqué chez engadget :

Voilà dans les grandes lignes, il ne reste plus qu’à le tester, ce qui devrait être possible rapidement car il sera disponible mi-octobre.

Reste à dire un mot de iCloud, le service “dans les nuages” d’Apple. Les photos prises avec l’iPhone seront automatiquement envoyées (via wifi) sur un serveur qui les synchronisera avec votre ordinateur et/ou iPad. Un service semblable à celui qu’a annoncé Adobe. Sauf que iCloud a l’air gratuit et Adobe sera payant (à préciser…).

Pendant ce temps, Adobe annonçait une nouvelle app pour tablette : Photoshop Touch. Tout le monde se demandait quand Adobe allait proposer une déclinaison de son logiciel phare, c’est chose faite, plutôt bien si on en juge par la démo de Russell Brown (mais il est toujours convaincant !). Enfin ça c’était jusqu’à ce qu’il dise que le format maximum que traitait Photoshop Touch était de 1600 x 1600 pixels. Ou j’ai mal compris, ou bien ça me parait à côté de la plaque.

A suivre, tout cela devrait s’éclaircir dans le courant du mois, une fois le soufflé des annonces retombé. Mais entretemps, je serais heureux de savoir ce que vous pensez de tout cela, les commentaires sont là pour ça !