Richardson Pirelli 2010
Photo Terry Richardson pour Pirelli

L’édition 2010 du mythique calendrier Pirelli vient de sortir pour être distribué (numéroté) à un public trié sur le volet. Confié chaque année à un photographe célèbre, doté d’un budget de production hollywoodien, il propose des variantes sur le thème imposé du nu féminin version top-model(s). S’il n’est jamais désagréable à regarder (avec des castings pareils, faudrait vraiment le faire exprès), son intérêt varie considérablement d’une année sur l’autre en fonction du photographe retenu et de la thématique choisie. J’ai la chance d’avoir des exemplaires de ceux de Joyce Tenneson (1989) et Annie Leibowitz (2000) absolument superbes.

Cet année, c’est le photographe Terry Richardson qui a été l’heureux élu. Chouchou de la presse mode branchouille, il est adepte de la photo façon instamatic : gros coup de flash sur modèle-pose-retour-de-cuite avec fond décor destroy. Intéressant et amusant de temps à autre, un peu lassant à force. Que fait-il donc quand il a un budget illimité ? Pareil que d’habitude et le Pirelli 2010 ressemble donc fort à un calendrier pour camionneur américain version sixties moins la dérision qu’un tel projet pourrait avoir.

On peut bien sûr le voir au xième degré, comme par exemple le professeur d’art Francesco Negri Arnoldi, cité sur le site Pirelli, qui le voit comme un retour au Pop Art “totalement nouveau, dans son retour vers le passé; absolument original, dans sa tradition consolidée, et capable de redécouvrir le charme d’une féminité entièrement naturelle”. Mouais.

Je préfère nettement l’édition 2009, signée Peter Beard.

Pirelli 09
Photo Peter Beard pour Pirelli

Les prises de vues ont eu lieu au Botswana, dans l’Afrique australe que Peter Beard connait comme ça poche. Il a travaillé des mises en scène avec des animaux et des paysages grandioses, ce qui donne de magnifiques images individuelles et des collages qui sont sa marque de fabrique.

Le site Pirelli propose une longue vidéo du shooting, mais son chargement laisse à désirer, voici donc le résumé par vsd.fr, et une copie en 3 parties prises sur Youtube (la qualité est moins bonne que sur le site Pirelli mais leurs serveurs fonctionnent mieux).

La version courte

La version complète en 3 parties