Bad News

Bad News

Iphone3G. Hipstamatic, PhotoFx (noir et blanc, niveaux, vignettage, netteté) , BlurFx, Photogene (recadrage)


Publié le par gilles s
Cette entrée a été publiée dans Hipstamatic, iPhone, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

15 réponses à Bad News

  1. Hervé dit :

    Très belle ambiance et bonne réalisation!!

  2. Stephane B Stephane B dit :

    J’adore! L’ambiance couplée à l’attitude du monsieur.

  3. Tristan Tristan dit :

    L’atmosphère est très bien rendue, ainsi que la double vue sur la rue. Et bien sûr, la « gueule » qui y est pour beaucoup. Mais que de logiciels utilisés ! ;-) Et dire qu’il y en a qui doutent que ce soit de la photo :-)

  4. Jlouis C. dit :

    J’adore aussi ! Par contre je suis sidéré par autant de détours avant l’image finale… Sur un iPhone d’autant plus ! Mais bon, le rendu est sympa !

  5. gilles s dit :

    Merci Stéphane, Tristan et Jlouis.

    Pour répondre à Jlouis, et bien, en fait, le nombre d’application utilisé est ridicule par rapport à ce qu’on peut dénicher sur certains groupes dédiés sur Flickr.

    Alors, bien sûr, traiter cette photo (ah zut oui, c’est peut-être pas une photo, c’est vrai ;-)) sur un ordi aurait été beaucoup plus simple avec un logiciel comme Photoshop qui regroupe tous les traitements (de base) qui lui sont appliqué. Mais comme il s’agissait de s’amuser un peu avec les applications sur ce blog, et étant donné ce que je voulais pour ce cliché, et que le rendu d’hipstamatic me fatigue, je pense qu’il n’y a pas mieux que PhotoFX pour convertir en noir et blanc, pas mieux que Photogene pour recadrer et pas mieux que BlurFX pour générer du flou de manière sélective. Mais si un développeur pouvait nous concocter un vrai Photoshop pour Iphone à 0,79 centimes, je suis preneur !

    Je trouve qu’on s’en sort pas si mal en simplicité en fait. Moi j’ai toujours en tête mes souvenirs, laborieux et heureux, de labo argentiques dans mes salles de bains, avec les bains chimiques, les caches ou contre cache, les différents grades de contraste des papiers, barytés ou plastiques, les temps de pause, le minuteur …etc. J’adorais ça, j’y passais des journées entières, des nuits.
    Et là, en quelques coups de cuillère à pot …

  6. Hipstamatic est victime de son succès, ses traitements commencent à être beaucoup vus et donc sans doute lasser… Il faut donc un peu de talent et de savoir-faire pour sortir du lot, déjà à la prise de vues — et parfois cela suffit — mais aussi dans le choix du procédé (des options de l’app) et la post-production. Et il y a une certaine cohérence (élégance, même) à rester dans le cadre de l’iPhone.

  7. Lilo dit :

    Très jolie capture.
    J’aime beaucoup l’idée de rester uniquement sur un traitement iPhone.

  8. gilles s dit :

    Philippe, je suis d’accord avec toi sur l’Hipstamatic et une forme de lassitude qui peut s’installer face à ses effets. Mais bon, chacun son truc, et il n’y a pas de mal à se faire du bien, et j’en ai, moi aussi, abusé au début. Aujourd’hui, moi, j’ai envie d’autre chose, et puis l’offre de post-traitement a aussi sérieusement augmenté depuis…

    Alors, Lilo et Philippe, je comprends cette idée de traiter ses images uniquement sur l’Iphone. Je la comprends parce que c’est ça qui est nouveau. Prendre une photo, la traiter et la diffuser grâce au même objet. Tout en un, l’appareil couplé au labo, en liaison direct avec la galerie (web). C’est facile, rapide et très amusant. On peut édité et envoyé ses photos de la salle d’attente du médecin avant sa consultation! Il est presque certain que tous les appareils photos auront ces fonctionnalités tôt ou tard, non ?

    Mais cette idée qu’il faudrait produire des images uniquement via son Iphone je la trouve aussi très très bizarre. Pourquoi ? Pour prouver que techniquement c’est possible ? Bon, on le sait, c’est possible (même si il y a des limites, comme, je trouve, la taille de l’écran par exemple).
    En plus, dans cette démarche, moi, j’ai l’impression d’être transformé en VRP de chez Apple. Si une photo a été prises par un Iphone et traitée via Photoshop ou autre sur un ordi, où est le problème? C’est une photo « impure » ? Franchement, je ne comprends pas. C’est impressionnant le nombre de carcans, de principes, de règles, de chapelles qu’il faut qu’on édicte, qu’on s’impose, qu’on décrète.

    La seule chose qui est importante à mes yeux, c’est la photo qu’on propose à la fin. Après, comment elle a été produite, avec un pola, un compact numérique, un leica M6, un instamatic, une chambre, une boite à chaussure avec un trou, ou un Iphone … Que chacun fasse selon ses aspirations, ses besoins, ses possibilités, ses attentes.

  9. Tristan Tristan dit :

    @Gilles s : ces petits appareils (quels qu’ils soient) permettent de prendre des photos et de les traiter avec les moyens du bord. Ça ouvre une voie (non exclusive) à une filière photographique auto-suffisante qui peut se défendre en tant que telle (c’est un choix). Bien sûr, on peut toujours recourir à l’artillerie lourde usuelle sur micro-ordinateur. Mais n’est-il pas plus savoureux, pour certaines photos, de s’en passer (sans dogme) ?

    Personnellement, j’ai pris le parti de ne pas post-traiter mes photos prises de cette façon (et si elle n’est pas bonne, je la recommence ou je la jette). Et quelque part, ça me repose car j’ai en général 1 an de retard sur le traitement de mes RAW ;-)

  10. gilles s dit :

    Tout à fait d’accord avec toi Tristan. Et j’aime beaucoup ta vision du truc, à laquelle j’adhère sans réserve.

    Moi je veux juste rester libre de faire ce que je veux sans que qui que ce soit ne vienne m’indiquer ce qui est légitime ou pas. Et j’entends, je lis, surtout sur internet (là où ça se passe) des choses qui parfois me font frémir …

  11. Surtout pas de dogme iphonesque ! Pour moi on est beaucoup dans le jeu – ce qui n’empêche pas de faire des choses sérieuses, mais sans se prendre trop au sérieux. Je partage l’attitude de Tristan (et son retard sur les raw).

  12. Surtout pas de dogme iphonesque surtout que les images réalisées sous Android se multiplient sur ce blog (et tant mieux :D).
    Je ne donnerais mon reflex pour rien au monde, mais je trouve du plaisir dans la phonographie grâce à ce côté instantané. Je vois quelque chose qui m’attire l’œil, ou qui me semble bien représenter ma journée ou un évènement particulier, je soigne ma composition, et derrière j’applique l’effet que je souhaite donner à l’image afin de valoriser l’émotion que je veux faire ressentir. C’est en fait le même processus que pour les images que je fais avec mon reflex, mais en plus condensé, plus immédiat, mais aussi plus limité.
    Mais c’est aussi ce qui m’amuse : jouer avec les limites.

    Et puis il y a l’avantage de pouvoir cadrer directement au format carré, ce qui n’est pas donné à tout le monde (travailler en 6×6 tous les jours n’est pas à la portée de tous).

    Bref, à mon sens c’est complémentaire de ce que je fais d’autre en photographie. Bizarrement, j’ai une très forte tendance à faire des images très épurées et graphiques (voire abstraites) sur mon téléphone, beaucoup plus qu’avec mon reflex. J’ai encore du mal à déterminer à quoi c’est du. Le cadre plus limité, le viseur assez petit, qui incitent peut-être à éliminer tout superflu.

  13. Lilo dit :

    Je rejoins parfaitement Tristan et Philippe (surtout pour le retard de traitement de mes RAW…)
    L’idée n’est pas de faire un dogme iPhone (ou android ou téléphone), mais disons que c’est une tout autre pratique de la photo que j’ai avec mon téléphone. Et je n’ai pas envie de lui appliquer les mêmes réflexes qu’à mes autres photos.
    Mais ça ne concerne que moi.

    Je ne reprocess pas mes hipstamatics derrière, car c’est un peu pour moi une réminiscence des appareils jetables. Je suis dans l’immédiateté, le jeu, et si la photo ne me plait pas, je la mets de côté et je recommence.
    Ca me permet de sortir de la lourdeur que j’ai fini par éprouver dans la multitude de possibilités données par lightroom, les RAW et ma tendance à multiplier les traitements à l’infini justement.

  14. Servan Servan dit :

    Tout comme Lilo la Téléphotographie n’est pas pour moi une fin en soi. Par contre je trouve que le téléphone remplace avantageusement le petit compact bloc-notes que l’on pouvait éventuellement avoir. Car il y a en plus un coté ludique.

    Mais la pratique a évolué. A l’heure des blogs, de FB, etc. mon téléphone me permet de prendre un détail d’une tranche du quotidien. Chose que je ne faisais pas car « l’objet » appareil photo est moins anodin.

    Bref, pour répondre à la question initiale – Photo, oui assurément – Créative, cela dépend :D

  15. gilles s dit :

    Je suis d’accord avec vous tous. Moi ce que je trouve formidable dans vos messages c’est que l’on sent bien qu’il y a dans cette nouvelle pratique un vrai plaisir, une vraie jubilation. Pour ma part, ma vie familiale, ma vie professionnelle, ou ma paresse, m’avaient éloigné de la photo. L’envie est revenue avec cette nouvelle pratique. Chacun son parcours. Et je vois sur internet des visions singulières, originales, cohérentes, que certains ont su développé en utilisant ce medium. Cela m’enthousiasme totalement.

    On ne sait même pas quel terme utiliser : iphonographie, androïdographie, téléphotographie, smartphotographie ? Ce qui est sûr c’est qu’on ne prend pas de photo avec des téléphones. Nos Iphones ou Androïds (j’adore ce mot qu’on croirait sorti d’un roman de SF des années 80) ne sont pas des téléphones mais des ordinateurs de poches qui peuvent aussi, entre autres, téléphoner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>