Pages Navigation Menu

(il y a un jeu de mots)

Photos dans le métro ?

Antoine Ravet , photobloggeur et lecteur assidu de Réponses Photo et photofloue.net nous a écrit, et cela s’est transformé en tribune dans le numéro 187 de Réponses Photo… Voici le texte de la tribune, en espérant vos réactions, vos signatures, dans les commentaires de cette page.

Photobloggeur averti, Antoine Ravet a posté cette missive sur le site de notre blog : photofloue.net. Ce photographe amateur, grand admirateur de Depardon, Atget et Robert Frank craint de ne plus pouvoir photographier dans le métro. Une pétition ?

Figurez-vous que je souhaitais réaliser une série photographique sur le métro en tant qu’amateur photo. Plein de bonnes intentions, j’ai écrit au service de presse de la RATP pour avoir leur autorisation. Sur ma lettre, je prends bien soin de leur préciser ma démarche, qui était, à l’origine, faire du noir et blanc au Lubitel et travailler surtout sur les stations à gros trafic. Leur réponse quasi-immédiate était pour le moins déconcertante : “en raison de vigipirate niveau rouge, la prise de photo dans le métro est rigoureusement interdite…”. Je comprends parfaitement qu’on ne puisse réaliser de photographies d’installations stratégiques et/ou militaires mais notre bon vieux métro où certains d’entre nous passent tant de temps (2 heures par jour tout de même, en ce qui me concerne…) là, j’ai plus de mal à comprendre. Par hasard, je suis tombé sur un article traitant du livre Subway de Bruce Davidson où j’apprends que, suite aux attentats du 11 septembre, une mesure similaire avait été envisagée dans le métro de New York. Mais voilà, elle avait provoqué un vaste mouvement de protestation et l’autorité compétente avait été obligée de faire machine arrière pour laisser dans le métro une aire de (relative) liberté photographique. Pourquoi ne pas faire pareil en France ? Après tout, le métro c’est un espace public. En quoi la photo peut- elle poser problème (d’autant que la RATP ne se prive pas pour monter des expos photo dans certaines de ses stations comme à Saint-Germain-des-Prés sur la ligne 4) ? Pourquoi ne pas lancer une pétition pour demander la levée de cette interdiction pour le moins incongrue ? Réponses Photo pourrait-il relayer cela ? Et si la pétition était lancée sur le blog photo de Réponses Photo : photofloue.net ?
Amitiés photographiques,
Antoine Ravet

108 Comments

  1. hm hm, le mot liberté dans notre republique perd se plus en plus son sens premier..

  2. Signé !
    Ca suffit toutes ces interdictions débiles !

    Bonnes photos à tous 😉

  3. Moi aussi, je signe des deux mains, les libertés du photographe se réduisent petit à petit et toutes les excuses sont bonnes pour le museler.

  4. Je plussois sur tout ce qui a pu être dit! Nous sommes soi-disant dans un pays de liberté et nous nous retrouvons avec des interdits de tous côtés!
    La photographie, avant sont côté mercantile, est reste une discipline artistique et culturelle ainsi que le témoignage de notre époque…

  5. Bonjour

    Je ne comprends pas bien le point de départ : écrire à la RATP pour demander l’autorisation sous-entend qu’il y a possibilité de refus. En plus le plan vigiepirate existe bel et bien… donc je ne vois pas ou est le problème. Demande faite.. demande refusée et explication du refus données… voilà, point barre !

  6. Ö capitaine mon capitaine…

  7. Je signe. Les transports en commun sont une source photographique sans fin. Nous en priver est très regrettable, et peu efficace en terme de sécurité publique à mon sens. Oui, ok, les repérages… Comme dit plus haut, je vois mal des personnes mal intentionnées venir sur les lieux de leur futur crime faire des repérages à la vue de tous avec du matériel plus que visible. Maintenant, personnellement, devoir m’enregistrer (copie de carte d’identité) avant de pouvoir photographier, ne me poserait aucun problème…

    Témoignage : Vendredi dernier, gare d’Orléans. J’attends un forumeur. Nous ne nous sommes jamais vus auparavant. Il doit me reconnaître grâce à mon D7d autour de mon cou. Deux hommes de la police ferroviaire s’approchent pour me signaler que je n’ai pas le droit de prendre des photos. Dont acte ; je ne fais pas de photos (j’en ai eut fait, mais là, non).
    10mn plus tard, l’un deux revient à la charge en me demandant de pouvoir vérifier sur mon boîtier si je ne les ai pas pris EUX en photo. Et moi de lui répondre « si j’avais été en argentique, vous faisiez quoi ? » Lui « Quoi ? ». Moi, « laissez tomber, les voila mes photos. Vous n’y êtes pas, ok ? ».
    Des personnels des RG, du RAID ou de je ne sais quel organe de sécurité, je veux bien que la diffusion de leur visage puisse leur porter préjudice, mais la police ferroviaire, en uniforme…

    Bref.
    EGr.

  8. Je signe aussi. Mais est-ce qu’il y a une valeur a ça?

    Moi je prends des photos du métro, a coté des agents de sécurité, jamais eu de soucis!
    Mais bon…

  9. Je signe. A quoi sa rime de nous interdire sa ?

  10. figurez-vous que même dans ma petite ville de toulouse, les photos sont interdits dans le metro. Un vigile a même détruit la pellicule que je venais de faire sous mes yeux. Comme-ci le fait de photographier les stations de métro pouvaient affaiblir la sécurité de celle-ci. Enplus toulouse, une cible stratégique! vraiment grotesque.
    Je signe

  11. Je trouve lamentable cette longue série d’attaques contre la photographie. A force, celà devient comique à en pleurer. On n’a plus le droit de rien faire et pourtant, il n’y a jamais eu autant de photographes potentiels ! Je crois qu’il faut continuer notre pratique et ne pas hésiter à shooter au jugé ni vu ni connu…

  12. Tout à fait d’accord. Heureusement, dans celui de Toulouse, j’en connais qui ont reçu l’autorisation. Mais on se demande réellement l’intérêt de l’interdit sachant que ceux qui se font réprimander sont les photographes sérieux qui sortent un peu de matériel, alors que n’importe qui de moins bien intentionné peut prendre toutes les photos qu’il veut avec un téléphone portable…

  13. @ Egr : L’exemple que tu décris à Orleans est édifiant. Ce qui est en soit très inquiétant pour tous, pour la démocratie en général, et à mon avis bien plus inquiétant que l’interdiction de faire des photos dans le métro ( interdiction que je condamne moi aussi parce que stupide), c’est que des représentants de la police ( du rail ou de la police tout court) craignent d’être pris en photo. je connais des policiers « en tenue « qui hbitent loin de leur commissariat et qui ont peur pour leur famille simplement parce qu’ils sont flics. Pas peur du grand banditisme, de la mafia, de la pègre. Mais peur d’un voyou qui n’a plus rien à craindre de cette société, et qui leur plantera leur gamine ou leur femme à la sortie de l’école, simplement parce qu’il sont flics… Ca ça m’inquiéte…

  14. @Serge : exact, je n’avais pas pensé à une telle explication. J’ai pourtant un ami CRS qui a longtemps préféré travailler sur Paris, entre autre POUR l’éloignement familial !
    Maintenant, il y a aussi la manière de le demander. Flic ou pas, en photo de rue, on vient gentiment me demander d’effacer une photo, je le ferais sans problème si la personne y est identifiable, ne voulant nuire à personne pour ce qui n’est qu’un loisir pour moi. Ici, clairement, le policier jouait de son autorité publique pour obtenir un droit qu’il n’a pas.

  15. Sur le fond je crois comprendre que puisque le métro (ou les gares, les trains, …) est un espace privé ouvert au public, la RATP (ou la SNCF) peut décider d’y interdire les photos, sans devoir évoquer un plan Vigipirate — une excuse pas très solide d’ailleurs : des téléphones permettent effectivement toute la discrétion nécessaire aux documentaires d’éventuels terroristes.

    C’est dommage.
    Les transports en commun, et les gares, sont d’excellents sujets photographiques. Pour eux-mêmes (les bâtiments, les rails, le paysage qui défile…) et (surtout ?) pour les gens qui y passent. Ces déplacements sont une part importante de notre vie en société. Il est dommage d’apprendre, même si ce n’est qu’une confirmation de ce que je craignais, que c’est un territoire interdit aux photographes.
    Je ne peux donc que signer une pétition.

    Sur un plan artistique, le flou ajoute souvent aux mouvements, des trains ou des gens, un effet artistique. Il va falloir se contenter de cette rationalisation puisqu’il va falloir être discret et donc trop rapide pour bien faire.

    De fait, je prends régulièrement des photos dans ces transports. Avec un compact. En jouant au touriste. Est-ce que le touriste est toléré ou bien est-on dans le « pas vu, pas pris » ?

  16. Aux Etats-Unis, Popular Photography a publié cet article « la guerre aux photographes » sur un sujet proche => http://www.popphoto.com/popularphotographyfeatures/2668/the-war-on-photographers.html

  17. Je suis tombé sur le texte d’Antoine au moment même où je venais de prendre quelques photos dans le métro et où une idée de série de clichés sur les couloirs de la RATP commençait à germer dans ma tête. J’ai vite déchanté.
    Je signe donc tout naturellement.
    Je reste toutefois adepte de la désobéissance civique dans ce genre de cas!

  18. Je signe aussi cette pétition, étant donné qu’on devait faire dans ma ville, une expo sur le transport, un métro le soir (quai vide ou presque) qui partait aurait pu être génial si bien faite, et… non.

  19. Oui moi ausi je signe cette pétition…plan pirate ou pas je prendrai des photos quand je serais dans le métro pour voir les réactions….

  20. Moi je me rejoints à vous pour signer cette pétitions.
    se serait dommage de nous empêcher de nous exprimer pphotographiquement par le métro, du moin je serais vraiment déçu car depuis 5 ans que je fais de la photo, mes plus belles prise ont été faites dans le métro.
    Cordialement.

  21. « Liberté » qu’ils disaient … On nous la grignotte un peu plus chaques jours…
    Je soutiens et relais l’info.
    Bien à toi ; )

  22. je signe cette pétition…Je faisais des photos au flash dans le hall de la nouvelle bibliothèque de Rennes (un lieu public, soit disant temple de la culture….)avec un modèle et un agent de sécurité est venu me casser les pieds en me demandant des autorisations…J’ai continué mes photos mais j’ai changé d’endroit tellement j’étais énervé. Bientôt on ne verra dans la presse et la tv que des images de gens floutés ou d’images inversées ( surtout à la tv). Les dérives du droit à l’image dans toute sa splendeur: un grand n’importe quoi…

  23. Bonjour a tous
    Puis-je revenir sur la remarque de Phillippe Cartier (et la reponse d’Antoine). Bien que je sois un fervent defenseur de la liberté de photographier en toutes circonstances, cette petition me derange un peu par son cote faussement naif…je m’explique.
    Il me semble qu’il n’y a effectivement pas de raison de demander d’autorisation de prendre des photos dans le metro pour un usage privé : on sort son appareil et on declenche quand bon nous semble (en respectant bien sur l’anonymat des personnes si celles-ci sont identifiables et que la photo a pour vocation d’etre publiee). La preuve de l’inutilité (a mes yeux) de cette petition est le nombre et la qualite des photos prises dans le metro et postées sur Flickr (cf. par exemple le groupe « metro parisien » de Flickr avec plus de 2000 photos… et y’en a de sacrement belles dans le lot). On y voit meme des series prises lors de journees du patrimoine organisées par la RATP elle meme.
    Maintenant dans la reponse d’Antoine, je crois comprendre qu’il souhaitait tester du nouveau materiel et donc une question s’impose : y avait-il dans l’idee d’utiliser un trepied?
    Cela peut etre le noeud du differend qui l’oppose a la RATP et c’est aussi la que le bat peut blesser et qu’on peut comprendre une eventuelle interdiction pour la gene occasionnée le montage d’un trepied dans les couloirs (c’est d’ailleurs le meme reglement pour les jardins publics si je ne m’abuse ou autre lieux publics). Le cas du trepied dans les lieux publics est dailleurs un probleme a part entiere (allez essayer d’en utiliser un sur le parvis de la BNF et dites moi combien de temps vous tenez avant qu’un cerbere ne vienne vous faire la remarque de remballer votre matos). Dans ce cas ma strategie serait de l’utiliser en faisant attention a ne pas obstruer la circulation et advienne que pourra… on est helas bien souvent acculés a ce jeux du chat et de la souris ou du « pas vu pas pris ».

  24. Il est scandaleux que dans un pays comme la france, (soit disant pays de la liberté de la presse et des droit de l’homme!) qu’il exsite des interdiction comme celle ci. Plus le droit de photographier comme on le vourdrait… Et c’est de pire en pire! C’est « la france d’après! »
    Comme dirait SARKO, ensemble tous devient possible!
    Merci SARKO!
    Didier D. Photographe à Ville sur Yron
    http://www.contact-im.com

  25. il y a quelques années, avec un ami, nous tournions un petit film amateur au coeur de la station RER de La Défense. En moins de 5 mn une horde de vigiles RATP équipée de matraques est arrivée sur le quai en nous menaçant de nous confisquer la caméra. Malgré l’absence total de cerveaux de ces gens, nous sommes parvenus à les apaiser en gardant notre caméra. Je signe aussi.

  26. Ah la France, le soi-disant pays de la liberté où tout est interdit!!!
    La liberté ne se reçoit pas, elle se prend.

  27. un cerbere s’est precipité sur moi et a exprimé assez violemment son interdiction. dans une bibliotheque publique de toulouse (elle etait deserte) parceque j’avais un appareil en bandouliere dans son etui. Je ne m’en servait pas. est ce que la possession d’appareil est aussi interdite? devais-je acheter un sac avant d’entrer pour mettre mon appareil dont la vue declenche de telles reactions? C’estirrationnel . Qui peut me repondre ? que dit le code civil ou le reglement d’une bibliotheque sur cela du moment qu on n’importune pas les gens?(dans le cas ou je me serait mis à photographier)qu aujrais je photographié ? les etageres ???

  28. les photographes amateurs sont les plus avertis du droit « à l’image » ou du droit des gens ,et ce sont eux qui ont le plus de difficultés car ils sont repérés à cause de leur materiel , alors que les gens equipés de telephones font bien plus ‘n’importe quoi’ mais ce geste de tendre son telephone pour prendre une photo ne suscite pas de reaction des cerberes.
    Sur un autre sujet IMPORTANT :
    Il n’y aura pas de temoignage de notre epoque , comme ça été dit ici, Exemple : à Fos sur mer/Marseille , vaste complexe industriel, il y a une tradition photographique de fait sur le monde du travail et des ports (parfois à l’initiative des usines elles meme..). Des expositions, des livres sont edités maintenant à partir de photos faites DEPUIS les annees 60. Essayez de poursuivre ce travail aujourd’hui et vous verrez….. (avec ou sans autorisation).vous m’en direz des nouvelles

  29. Qui ne s’est jamais fait embêter en faisant des photos par des interdictions ??
    Et bien souvent, sous des prétextes totalement obscurs…
    Entre les lieux où toutes photos sont interdites et ceux avec un éclairage tellement ridicule (certains musées) que c’est impossible de faire de la photo, surtout sans flash ou trépied. Dans ce cas, bien évidemment, quand le flash ridicule d’un cellulaire crépite, le gardien saute sur la personne avec le gros réflex (qui ne possède pas de flash, mais c’est un autre détail…)

    Ma parade, c’est de faire de la photo avec mon compact numérique, je passe pour un touriste et bien souvent, je ne suis pas inquiété… C’est le gros reflex qui fait le photographe aux yeux des vigiles ?!

    Autre expérience, j’ai fais pas mal de photos de concerts à une époque, avec accéditations et tout. Lors d’un concert avec une grosse tête d’affiche, la consigne était de « faire des photos à la sauvette dans le public sans se faire remarquer »…
    Sans parler d’autres contraintes ridicules parfois rencontrées, comme si chaques clichés pris avaient un potentiel commercial de plusieurs millions d’euros… C’est connu les photographes de concerts sont tous millionnaires !

  30. Bonjour,
    je trouve cette interdiction totalement inacceptable alors logiquement en france en 2007 on a le droit de photographier quoi ????????? Je suis également attiré par les transports en communs et le quotidien des gens dans ces lieux d’entre deux. J’ai donc pris l’initiative de réaliser une série de photo dans le tramway Bordelais et le métro Barcelonai et je n’envisage pas de demander d’autaurisation je prend le risque et le droit de photographier à ma guise et non au bon vouloir de la loi moi mon but c’est d’avoir la pureté et l’intensité des gens au quotidien jvais surment passer pour un « jeune con » irrespectueu de la profession mais mince d’ou faudrait il toujours suivres les lois et les pratiques en vigueur ? J’ai un objet qui s’apelle appareil photo une volonté et le reste a vrai dire je m’en fiche … je n’ai a demander de permission à personne je n’ai justequ’a assumer la responsabilité de mes actes …

    samedi 19 janvier
    vernissage de mon exposition
    à l’estran (st médard en jalles 33 )
    l’ expo présentera plusieurs séries dont celle sur les transports en communs .
    plus d’infos sur mon site …

    j’ attend vos réactions et j’espére que certains partageront ma vision et mon point de vue …

    Ludovic Beillard
    photographe
    sans prétention

  31. Je leur avais demandé une autorisation de ce type en 2003/2004 pour des photos, et du reportage vidéo, même réponse.

    Ca m’a empêché de passer l’équivalent de 10 jours dans le réseau du métro, avec un vieil EOS, une caméra épaule ou une petite super 8.

    J’ai fait pareil à NY, mais il me semble que là bas l’amende est exigée sur le champ…

  32. Des nus dans le métro parisien,
    Beh oui, mais shooter sans autorisation ca reste toujours possible, parceque le lieu est incroyablement photogénique, et parceque c’était plutot sympa en plus braver un peu cet interdit stupide (les photos ont été faite a fin de service, sans personne à choquer ou deranger dans les couloirs mais un peu a l’arrache quand meme !)
    n’hesitez pas a passer voir mon site et laisser un message :
    http://www.jam-abelanet.com

  33. Grotesque !!! Attends qu’ils soient en grève pour aller faire tes photos. Le problème ne vient pas de là où on l’attend. J’ai fait des photos dans le mètro quand, subitement, un comique est venu vers moi (il ne devait pas être dans son état normal) trés agressif et en m’insultant de tous les noms alors qu’il n’était même pas sur la photo (il était vraiment pas beau en plus). Alors si tu veux faire des photos, un conseil, ne soit jamais seul et attache ton matos. Ta journée pourrait tourner au cauchemar. J’ai continué a faire mes photos tranquille mais avec un peu plus de prudence.

  34. Excellentissime serie que celle de Jam ABELANET (http://www.jam-abelanet.com)! Je conseille vraiment!Vous demontrez de facon magistrale que nul n’est besoin de demander une quelconque autorisation. (ce que je pense du reste…).
    PS : la fin de la serie avec Morgana est epoustouflante… sont-ce des conditions reelles ou s’agit-il de montages?
    Encore bravo!

  35. merci collinox pour vos commentaires !
    non, la derniere serie avec Morgana est en fait un montage avec des anonymes pris en photos dans les memes conditions (visages des personnes retouchés histoire qu’ils ne se reconnaissent pas…), les autres sont des photos authentiques sans montage.

  36. Je signe sans souci, meme si j’ai déjà fait quelques photos dans le métro sans autorisation…

  37. En fin de compte est ce l’acte de prise de vues qui serait interdit ou la commercialisation ou simple diffusion publique de ces images qui serait interdite….???

  38. Elle est où la pétition??
    A rome, j’ai pris qq photos dans une station de métro et ça n’a pas râté, des policiers m’ont demandé de ne pas le faire.
    A séoul, j’ai voulu prendre des photos dans l’aéroport et là encore je me suis fait attrappé. Bon faut dire pas malin, j’avais oublié de virer le flash et le douanier était à trois mètres de moi… Il a lui même effacé la photo…:)

  39. Personnellement, j’ai toujours travaillé dans le métro, dans les gares et dans les transports en commun sans aucune autorisation. (Voir ma galerie internet, par exemple…)

    Je me suis plusieurs fois fait réprimander.

    On a plusieurs fois tenté de confisquer mes pellicules.

    A chaque fois, je m’en suis sorti avec un « c’est bon pour une fois ».

    Je suis allé plusieurs fois avec mon « portfolio illégal » trouver les « autorités » des sociétés de transports en commun, afin de leur proposer des « accords commerciaux » (sponsorisation, etc etc).
    Accords que je n’ai jamais réussi à leur vendre.

    J’ai toutefois eu droit à chaque fois à une petite discussion avec le responsable de comm de la boite :

    « Images très intéressantes, artistiquement parlant. »

    « Merci »

    « Vous aviez les autorisations pour les prendre ? »

    « Pas du tout. Mais soyons sérieux, monsieur. Il n’y a aucun préjudice pour vous, n’est-ce pas ? »

    « Effectivement non. »

    *Clin d’oeil mutuel et n’en parlons plus*.

    Peut-être qu’un jour un casse couilles procédurier décidera de m’attaquer en justice.
    Ce jour là il risque de se heurter à un putain d’argumentaire.
    J’irai en taule s’il faut. Mais il est pas question que j’me laisse faire sans combattre (juridiquement parlant, hein).

    En attendant, je continue, comme si de rien n’était, à toffer dans le métro quand j’en ai envie.

    J’ai même fait une séance dans le métro parisien avec un modèle.

    (Voir lien suivant http://www.itisphoto.com/html/jeunetalent/jt2006/jeunetalent.htm)
    On a fait toutes les lignes du métro et on s’arrêtait parfois une demi heure au même endroit.

    Pas un garde, pas un flic, pas un agent de sécu.

    Rien.

    Trop sympa, la RATP.

  40. bonjour,
    je reponds tardivement a cette petition
    il y a quelques années un photographe a photographié des gens avec un appareil photo caché dans un sac
    pas d’autorisation de la ratp
    il édite un livre qu’il vend
    pas de manifestation de la ratp
    sauf qu’une personne se reconnait et porte plainte pour diffusion de son image sans autorisation
    le tout a été porté devant les tribunaux
    resultat
    il a été dit par la cour
    que le fait de photographier et de publier ne constitue pas une atteinte a la vie privé et que le travail de l’auteur n’était pas de nuire mais que le travail était intellectuel
    et s’analysait en une expression artistique
    donc du temps perdu pour les trois parties le photographe, la personne photographiée et la ratp.
    la liberté d’expression existe en france.

    J’ai oublié le nom du photographe mais vous pouvez vous rapprochez de l’UPC.

    christophe padioleau
    photographe orleans

  41. la démarche consistant à demander l’autorisation préalable peut paraître louable mais n’espérez pas obtenir une levée d’interdiction grâce à cette pétition.

    Le plan vigipirate est invoqué parce que c’est bien pratique mais c’était interdit avant et ça le restera sauf tout le monde fait des photos dans le metro sans demander l’autorisation.

    hk

  42. Je signe des deux mains.
    Je suis avant tout contre l’asceptisation de cette société, la surprotection est en train de tuer ce qu’il nous reste de beau.

    Point de vue expérience personnelle:
    j’ai beaucoup travaillé dans le métro de Bruxelles dans le cadre d’une recherche photographique sur les mouvements de masse. J’avoue ne jamais avoir demandé l’autorisation jusqu’à ce qu’un garde m’interpelle. Selon lui, aucun problème pour obtenir l’autorisation pour les métros de Bruxelles. Donc, amis parisiens, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

    En outre, en tant que voyageur, un conseil. Rien de mieux pour obtenir une autorisation que le contact humain. Allez au siège, serrez des pinces, souriez, lâchez des fintes, taquinez, insistez, vous l’aurez votre autorisation.

  43. je viens de me faire copieusement engueuler par une caissiere « photos interdites dans le métro » !!! non, mais, je cauchemarde !!!! elle est mignonne ma copine entrain d’acheter son ticket !!! vive la liberté !!! et à quoi elle servent les cameras de surveillance….meme une souris peut plus bouffer sa miette de sandwich sans etre filmée sous toutes les coutures !!!! et le meilleur moyen d’eviter qu’un jour nous devenions d’affreux méchants c’est de nous foutre un peu la paix

  44. Ils ont peur de quoi à la ratp? De l’espionnage industriel!!!!
    Au prix où ils vendent leurs billets, ils pourraient inclure le droit de photographier.
    Au rythme où ça va, il faudra bientôt demander une autorisation pour photographier ses proches chez soi.
    Y’en a un petit peu marre de toutes ces restrictions de liberté (quelques soient les arguments invoqués) qui nous bouffent au jour le jour.

  45. Cette paranoïa est tout simplement ridicule. Il n’y a qu’à voir le nombre de touristes qui prennent des photos dans le métro sans être inquiétés… Ridicule d’autant plus que ceux qui voudraient faire des photos dans un but de terrorisme peuvent les faire aisément avec les nombreux camphones ou autres compacts disponibles sur le marché. Et sans se faire repérer…
    Evidemment, je signe avec plaisir !!!
    Assez de se faire bouffer nos libertés par timorés.

  46. oui, je suis bien d’accord,
    comme c’est difficile de faire des photos dans le métro !

  47. C’est très difficile de faire des photos dans le métro mais également dans les lieux publics en général.
    Il y a quelques années, j’ai photographié un ami pour réaliser sur la base de mes photos une peinture à l’huile.
    Nous étions au jardin du Luxembourg, assez isolés du monde.
    A l’arrière plan, on ne voyait ni d’édifices ni d’autres personnes. Pourtant des flics sont arrivés (à 3 !) et m’ont demandé formellement d’arrêter de prendre des photos (avec mon petit compact à l’époque). « Il faut demander une autorisation au Sénat » qu’ils m’on dit… N’importe quoi…

  48. Ah ah, que cela fait du bien de (sa)voir que je ne suis pas seul à subir la paranoïa étatique !!! Je souhaiterais également travailler dans l’enceinte d’une gare dans un avenir proche, dans l’optique de réaliser un reportage photo, mais ces expériences me font quelque peu douter de mes chances d’y parvenir…
    Les mêmes galères me sont arrivées récemment, du côté d’Arcachon. Je voulais faire une rapide mise en scène de mon père dans le hall de la gare, mais pas plus tôt installé qu’une sombre sbire à casquette est venu me demander ce que j’avais l’intention de faire. Ah ton avis ? Avec un appareil dans les mains ?… Eh bien elle m’a fait savoir que les gares étaient des lieux privés, où il était strictement interdit de prendre des photos. Bonjour la liberté.
    Pour la petite histoire, il m’est arrivé la même chose à la Poste… Alors service public ou privé ? Je n’y comprends plus rien

  49. Bonjour,
    J’ai un projet de clip, je dois filmer une séquence avec 4 figurants et une comédienne faussement enceinte où les autres figurants jouent le rôle de gens qui ne se lèvent pas pour laisser leurs places, j’espère ne pas avoir de problème puisque la séquence est très rapide à tourner, discrètement à l’arrache. Je vous tiendrais au courant, si des individus de la RATP commencent à faire des histoires (alors que nous seront tous en règle et heureusement pour eux que les clients sont là pour les nourrir) je dirais que nous sommes comme des touristes et qu’on ne les filme pas EUX mais NOUS, en tout cas j’espère qu’ils ne seront pas agressifs dans l’intérêt de préserver une image a peu prés correct de leur société malgré un tarif qui ne cesse d’augmenter pour un service qui ne fonctionne pas toujours correctement…

  50. il y a bien des gens qui prennent des photos sans autorisation et on ne leur dit rien alors pourquoi ne pas autoriser à ceux qui ont la politesse de demander la permission surtout qd c pacifique ! je signe

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*