Pages Navigation Menu

(il y a un jeu de mots)

Photoshop CS est mort, vive Photoshop CC ! (ou pas)

CreativeCloud_Logo[4]

 

Il y a un an, Adobe annonçait que ses logiciels, dont son célèbre Photoshop, étaient disponibles dans une version abonnement. Le client avait donc le choix entre l’achat du logiciel et sa location. Les calculettes ont chauffé : vaut-il mieux dépenser 1000 € pour Photoshop, ou le louer pour 48 € par mois ? Soit un amortissement en environ 2 ans, juste à temps pour la version suivante, qui demande de débourser 300 € pour l’achat, mais rien de plus pour la location. Oui, mais si on saute une version — voire deux — comme le font beaucoup de photographes ? Ces questions n’ont plus lieu d’être, après l’annonce d’Adobe qui passe au « Creative Cloud » (CC).

La nouvelle version de Photoshop, annoncée pour juin, sera donc exclusivement disponible par abonnement, comme tous les autres logiciels de l’ex Creative Suite (inDesign, Illustrator, Dreamweaver, Premiere Pro…). Fini les boites, fini l’achat de logiciel. Vous vous abonnez, au mois le mois ou pour l’année, et quand vous ne payez plus, le logiciel ne fonctionne plus.

Adobe met en avant les avantages de ce  « nuage créatif » : logiciels toujours à jour, facilité du travail multi-plateforme (aller-retour tablette-pc), travail en équipe de créatifs, stockage en ligne, etc. Au-delà du fait d’intégrer les facilités offertes par le haut débit d’internet, la motivation d’Adobe est de « lutter contre le piratage de ses produits et gérer plus efficacement leur mise à jour ».

Pour le premier point, le piratage, c’est un aveu d’échec technique : le processus d’enregistrement et validation en ligne de ses logiciels est certainement le plus pénible du marché, mais visiblement ça ne protège pas suffisamment bien. Cela n’a pas empêché Adobe de prendre la position hégémonique qu’il a sur le marché de la retouche photographique, du dessin vectoriel, du pré-presse, du montage vidéo. On peut déplorer le piratage tout en reconnaissant qu’il joue un rôle certain dans la popularité du logiciel et son universalité. Et je doute que le système d’abonnement arrive à résoudre le problème que l’activation en ligne actuelle n’est pas arrivée à résoudre.

Pour le deuxième point, c’est un aveu d’échec commercial : « gérer plus efficacement leur mise à jour », cela veut dire s’assurer que les utilisateurs remettent au pot à chaque nouvelle version, ce qui est loin d’être le cas. Et ce n’est pas bon pour les finances. Mais encore faut-il que les progrès d’une mise à jour à l’autre soient suffisamment convaincants pour apporter concrètement un plus aux utilisateurs. La retouche automatique basée sur le contenu est géniale, mais on peut vivre sans ; quand à la 3D qui faisait l’essentiel des nouveautés des dernières versions, quel intérêt pour les photographes ?

L’abonnement à Creative Cloud, donnant accès à l’ensemble des logiciels sera facturé en France 61,49 € (49,99 € HT). Aux USA, ce sera les mêmes nombres, mais en dollars. Comme 1 $ = 0,77 €, cela signifie pour le client français un tarif supérieur de 30% si on s’en tient au HT (+66% pour aller jusqu’au TTC). Adobe reste là fidèle à sa stratégie de prix nettement supérieurs pour ses clients européens, beaucoup plus riches que les américains, c’est bien connu. Et là, on ne peut plus agiter le prétexte des coûts de distribution !

Les utilisateurs intéressés par un seul des logiciels pourront s’y abonner pour 24,59 € (19,99 € HT), ce sera le cas de la plupart des photographes.

Pour faciliter la transition, pas mal de tarifs promotionnels sont proposés pour la première année, par exemple si vous détenez une licence pour CS3 (9,99 € ?) ou la dernière version CS6. Un tarif éducation est disponible à 19,99 € TTC pour l’ensemble du pack. Des tarifs spéciaux sont faits aussi pour les entreprises avec plusieurs postes.

La situation de Lightroom et de Photoshop Element reste incertaine à ce stade, il semble qu’ils soient toujours disponible à l’achat classique, même si Lightroom fait partie du pack de logiciels mis à disposition dans l’abonnement CC. [edit 15/5/13 : confirmation que LR 5 sera dispo en formule d’achat classique]

Concrètement, ce système d’abonnement signifie quoi ? D’abord, et c’est important de le noter, un accès plus facile à un logiciel dont le prix d’achat est plutôt dissuasif, et dans une version toujours à jour, capable de traiter les formats raw des derniers appareils, et intégrant les dernières sophistications de retouche. Ensuite, l’accès à des outils de stockage en ligne et de partage, au réseau social créatif Behance, mais fonctionneraient tout aussi bien sans abonnement, ou avec un abonnement « collaboratif » spécialisé pour ceux qui en ont l’usage.

Mais cela signifie aussi (et surtout) que le fichier .psd que je crée aujourd’hui avec ma version Photoshop CC ne sera plus lisible dans deux ans quand j’aurai stoppé mon abonnement pour une raison que je n’anticipe pas aujourd’hui. Difficulté financière, usage moins fréquent du logiciel, tarif d’abonnement en augmentation (que se passe-t-il si Adobe décide de doubler le prix ?) [edit 15/5/13 : ou modification de la configuration minimum du PC pour que PS fonctionne]… C’est l’énorme point noir de cette stratégie. Quand je loue une voiture ou une tronçonneuse pour un week-end, il n’y a pas d’effet retard, j’en ai besoin à un moment donné pour un usage précis. Si on est suffisamment motivé pour travailler avec Photoshop — et payer tous les mois —, ce n’est pas juste pour produire des jpg sur le champ, mais pour utiliser les possibilités non destructrices du logiciel : calques, objets dynamiques, etc.

Adobe répond à cela dans sa page de « fans » Facebook qu’on peut encore acheter Photoshop CS6 pour toujours et ne pas passer à PS CC, ou qu’on peut retourner à CS6 après avoir arrêté CC, mais cela ne satisfait visiblement pas les fans (ex-fans ?!) en question qui grondent de manière aussi véhémente qu’unanime.

Le statut et l’histoire très particuliers de Photoshop expliquent cette fronde. Une grande partie, sans doute une majorité, des utilisateurs tombe dans la catégorie des photographes amateurs / avertis / semi-pros / petits indépendants, des profils très différents des utilisateurs d’autres logiciels comme inDesign ou même Illustrator.

Les réponses d’Adobe semblent jusqu’à présent peu convaincantes, axées sur le calcul économique, sur le ton « mais non, ce n’est pas si cher que cela ». Une telle décision stratégique ne peut être que mûrement réfléchie, mais il n’est pas certain qu’Adobe ait anticipé l’ampleur des réactions négatives… Aux personnes qui craignent de ne plus pouvoir ouvrir leur .psd après arrêt de l’abonnement, Adobe répond « Photoshop CS6 sera toujours disponible », mais plus de trace de CS6 sur leur site (edit : si, mais bien caché) ! A suivre.

N’hésitez pas à partager votre point de vue !

 

36 Comments

  1. Sur http://t.co/rMZRd4KiBS : Photoshop CS est mort, vive Photoshop CC ! (ou pas) http://t.co/9wLBmjklhj

  2. à part crier dans le désert, cette vision imposé par Adobe n’est pas négociable et finalement pas si mal…

    la grogne est un sport international et schizophrénique, on utilise et on ne peut se passer de cet outil et en même temps on voudrais faire autrement !

    les alternatives existent sinon, elles sont plus « rudes » et en open-source, là pas d’abonnement, c’est libre et gratuit…

    perso, comme je l’explique ici : http://atelier.ooblik.com/taille-dimpression-dans-photoshop-cc/ je ne vois pas comment faire autrement que de prendre le train en marche (non sans m’étouffer devant les premiers BUGG qui compliquent mon travail!), non ?

  3. Photoshop CS est mort, vive #Photoshop CC ! (ou pas) #adobe http://t.co/ig1SumezU3

  4. Belle connerie de la part d’adobe. Que fait-on en cas de problèmes internet? Et cela suppose qu’on utilise en permanence le logiciel dans des endroits oùil y a du réseau. Le minimum serait de laisser le choix aux utilisateurs. Le piratage les arrange bien d’une certaine façon, c’est ce qui en a fait la référence et un incontournable.

  5. Merci pour cette synthèse, très claire et très juste.

    Un bémol : en ce qui me concerne (et ceci vaut pour les multiples moutures successives d’un tableur, d’un traitement de texte..), le fait d’avoir une « version toujours à jour » n’est même plus un avantage dès que le logiciel est mûr : à partir de là, les nouvelles versions apportent des changements de détail (voire purement cosmétiques) qui ne représentent que le désavantage d’un réapprentissage plus ou moins lourd de leur ergonomie nouvelle.

    Ces nouvelles versions n’ont pour portée que de provoquer le ré-achat du logiciel, à la faveur de nouveaux standards rendant les fichiers produits par la nouvelle version incompatibles avec les anciennes versions du programme (c’est l’histoire de MS Word depuis 10 ans, fourgué avec les nouveaux PC et générant des documents non lisibles par d’anciennes versions) ; mais si le public parvient à échapper à cette ré-acquisition contrainte, alors, il reste à le contraindre à louer…

    En ce qui me concerne, LR est presque arrivé à ce stade de maturité (la teneur du prochain LR5, annoncée ici ou là, indique des changements de peu d’importance à mes yeux) et il ne faudrait pas s’étonner que LR passe en version CC quelque temps après photoshop.

    Et là, là .. je bénirai les pirates efficaces, sans aucun scrupule : n’oublions jamais que dans le jargon marketing, nous sommes une « cible » et n’ayons pas peur d’exercer la même violence en retour.

  6. @ vandenberg.

    Il semble que le système envisagé (baptisé de manière plus ou moins inappropriée ‘cloud’) ne postule pas une connexion permanente : il faut simplement que tous les mois, la liaison se fasse pour assurer ce qui est plutôt une simple location (çàd le fonctionnement du programme qui est bel et bien résident sur votre PC) : une sorte de réenregistrement mensuel de licence, en somme.
    La mise dans le nuage proprement dite, n’est qu’une option de plus.

  7. Photoshop CS est mort, vive Photoshop CC ! (ou pas) http://t.co/Eo8yb3NIWV

  8. @vandenberg
    La connexion internet n’est nécessaire qu’une fois par mois en cas d’abonnement mensuel, et une fois tous les trois mois en cas d’abonnement annuel. Adobe peut aussi faire du sur-mesure en cas d’utilisation dans des conditions exceptionnelles (reportage de guerre, explorations longues…).

  9. Je partage entièrement l’opinion de Philippe. Ce qui me gêne dans cette manœuvre commerciale est le procédé d’assujettissement. Le consommateur n’a plus que deux choix: se retrouver emprisonner dans un processus commercial digne de la pire des dictatures bananières ou……basculer vers un autre logiciel qui malheureusement n’existe pas (du moins avec autant de fonctionnalité et de puissance).
    Ne plus utiliser Cs donc CC ne serait pas vraiment dramatique dans mon cas: 98% de mes photos sont traitées avec LR + Nik (ex)-software.
    J’estime également cette façon de procéder en totale contradiction et paradoxale avec le format DNG libre/ouvert qu’avait intelligemment proposé Adobe.

  10. Merci pour vos précisions et d’accord avec Eric Blocteur à propos du DNG. Il me semble qu’ils font la même erreur que Quark qui profitait de sa position dominante et a été incapable de conter InDesign. Qui va s’attaquer à Photoshop?

  11. Le Creative Cloud d’Adobe énerve un peu : http://t.co/CgjxIAMpWp #CC #Adobe

  12. Il est certain que le système de location apporte des avantages, néanmoins
    1- malgré tout CS n’est pas indispendable même si c’est le meilleur outil aujourd’hui, des alternatives existent partiellement (DxO / logiciels libres, cela peut même inciter Google à développer ses outils
    2- laissons les faire de la location, perso je ne veux pas louer car je souhaite disposer d’un outil sur mon pc et décider d’engager des dépenses ou pas –
    3 – Cela aurait du sens si c’était couplé avec de l’hébergement et de la diffusion vis flickr ou 500px par exemple

  13. […]plus de trace de CS6 sur leur site (edit : si, mais bien caché)[…]

    même pas! le lien renvoie sur les version étudiants et enseignants!!!

  14. @ Yann : l’abonnement est couplé avec un espace d’hébergement : 20 Go… on n’est loin des quotas — ou absence de — de Flickr et 500px. L’abonnement au service Behance (réseau social pour créatifs) permet de présenter ses photos sous forme de portfolio.

    @ JL Vollot : je viens de vérifier, le lien il me mène bien vers la version à 954,48 €. Peut-être avez-vous un cookie actif qui vous redirige automatiquement sur la version étudiant ?

  15. @Philippe Merci pour les précisions,sur les 20Go…

  16. Comme toujours, mais encore plus aujourd’hui, je me félicite d’être passé aux logiciels libres depuis 10 ans…
    A notre santé, à vos CB si vous persistez!!!

  17. @Non loque à terre .. oui, certes (je ne me passe plus d’openOffice, pour la bureautique) mais, pour la photo, quel logiciel libre ressemble à lightroom ? de manière générale, quel logiciel utilisez-vous ? The Gimp ?
    PS. à part ça, j’adhère au jeu de mots que représente votre ‘login’ 😉

  18. à christian B (et aux autres)
    Ben oui, cher ami; je me « passe » de Lightroom….
    J’utilise kphotoalbum + ufraw + gimp, et je suis très loin d’avoir honte de mes impressions en A2… qui plus est, je pourrai encore ouvrir mes fichiers dans 5 ou 10 ans!

    Pour aggraver mon cas, mon dernier windows date de 1995!

  19. CC n’est pas exploitable pour les personnes travaillant dans de grandes structures fortement sécurisées et où le réseau est faiblement dimensionné (version téléchargeables pas possible). Mais bon… !

    Les montés de version ne me semblent pas indispensables.
    Mes images d’aujourd’hui sont-elles moins bonnes que celles d’hier ?
    ai-je mis plus de temps à les réaliser que celle d’aujourd’hui ?
    J’en doute fort.
    Les évolutions sur Illustrator sont évidentes. mais ça ne fait pas longtemps que j’ai abandonner cette bonne vieille version d’Expression pour dessiner.

    Là où je me sens vraiment pris en otage, c’est quand de retour de formation sur Edge Animate je réalise plus tard que ce logiciel n’est pas disponible en CS6 !!! Grrr…

    Donc pour rebondir au propos de Christian B sur le marketing, la cible que je suis saura trouver un autre éditeur pour agrémenter de belle animations HTML5 les sites de ses commanditaires.

    Merci pour cet article clair !
    Pascal

  20. Je propose le boycott pur et simple de CS nouvelle formule.

    Il serait temps que l’on réfléchisse un peu les gars. Non ?

  21. Le débat est stérile (stupide) et inutile. Photoshop Cc s’adresse aux professionnels qui soit dit en passant, déduisent le software de leurs charges (si ils n’y arrivent plus, c’est probablement qu’ils doivent changer de profession).

  22. Pas du tout d’accord, Doc ! Bien sûr il y a une majorité d’utilisateurs professionnels, mais une vaste minorité d’utilisateurs amateurs, ou « semi-pros », ou artistes / auteurs, qui ne déduisent rien du tout. Ensuite, le débat est (était) l’obligation de s’abonner au vaste package CC dont Photoshop n’est qu’un élément (il existe maintenant une offre spécifique pour photographes avec PS et LR). Même quelqu’un qui déduit CC de ses charges n’aime pas payer pour quelque chose qui ne lui sert à rien.

  23. @ « Non loque à terre »
    D’accord pour tout, sauf UFRaw, qui semble presque abandonné, hélas. Je le regrette bien, d’ailleurs.
    Gimp est encore développé très très lentement, les versions 2.9 traitent les fichiers 16-bits, et avec tous les plugins disponibles, pourvu qu’on sache éventuellement les compiler soi-même, il peut faire autant que PS.
    Mais vous devriez essayer DarkTable (Linux, Solaris, OS X), qui vous donnera beaucoup plus de possibilités que LightRoom gratuitement (je dis cela d’expérience et non par esprit partisan, car je ne manque pas moi-même de dénigrer le libre quand il se vante indûment). Depuis peu, les versions de développement incluent même le support Fuji X-Trans.
    RawTherapee, avec une approche plus austère, et un peu trop scientifique pour les utilisateurs de LR, est peut-être encore plus puissant, offrant par exemple douze algorithmes de dématriçage (dont X-Trans aussi), plusieurs algorithmes d’accentuation, dont un par niveaux d’ondelettes, qui permet d’agir sur le bruit, la netteté sans halos, les défauts de la peau… Mais DarkTable a le choix du mode de mélange, qui est bien intéressant aussi.
    Ces logiciels graphiques activement développés n’ont qu’un défaut : ils ne sont pas très documentés, et seuls les utilisateurs ayant de bonnes bases scientifiques peuvent les comprendre sans explication.

  24. Bof, il y’a très longtemps que j’ai arrêté de cracker et tout…
    Mais si sa continue comme ça dans les logiciels et jeux indépendants comme dans minecraft qui ya quelques temps acheté par microsoft j’ai le choix entre
    -Ou me rabattre sur mon cs6 chérie
    -Ou faire une petite visite chez Thepiratebay…

  25. Ça existe encore, The Pirate Bay ?

    Moi, franchement, je ne prendrais pas le risque d’installer, en même temps qu’un logiciel craqué, un rootkit ou même un crapware moins dangereux pour utiliser ces logiciels envahissants qui sont à leur manière légale des crapwares aussi.

    En matière de graphisme, de son et de vidéo, j’ai tout ce qu’il me faut en libre.

  26. Le problème majeur est que l’utilisateur n’est plus dépendant de la puissance de son matériel pour faire les choses, mais uniquement de sa connexion internet. On peut être une entreprise importante qui s’est développée dans ce domaine dans une zone un peu reculée. Il est impossible de travailler correctement à 10 ou 15 postes avec une connexion internet 2 Mega. D’autre part il y a quelque part quelque chose de malsain que de vouloir prendre en otage des oeuvres personnelles privées pour faire payer le client et adobe ne compte pas faciliter la tâche apparemment parce qu’avec un serveur armé pour le montage vidéo en 4k je ne peux même pas tester CC car je suis sous Vista Pro 64 (qui est loin d’être une antiquité)… Ce qui signifie qu’au fil de l’évolution des systèmes d’exploitation adobe imposera le rachat pur et simple de tout votre matériel informatique… Personnellement, je pense qu’ils reviendront sur leurs positions ils vont perdre tous leurs clients, moi le premier. Personnellement je boycotte, je resterai sur CS5 tant que je le pourrai !

    A quand adobe premiere sur le cloud aussi, histoire que l’on mette 2 mois à charger 30 minutes de bande video ?

  27. Vous avez tout à fait raison, Géronimo, mais je pense que ce modèle de l’abonnement est bien fait pour séduire les actionnaires d’Adobe qui y voient un moyen de terrasser définitivement l’hydre du piratage (tous ces manques à gagner chiffrés de manière délirante en incluant quantité de pimpins qui pourraient se contenter de Paint s’ils n’avaient pas eu l’occasion de récupérer un Photoshop gratos).
    Par ailleurs l’idée de toucher une redevance régulière sur un troupeau soumis est très séduisante pour ces gens qui sont pourtant si hostiles à l’idée de payer des impôts quand c’est à eux qu’on les réclame.
    J’imagine donc qu’ils sont prêts à perdre des clients si c’est pour mieux tondre ceux qu’ils gardent.
    Même Microsoft, qui a pourtant jusqu’ici une politique moins radicale, n’a pas hésité à pousser les utilisateurs de XP à passer à Windows 8, alors que ça rendait probablement obsolètes la plupart des machines vendues avec XP.

  28. le plus juste de leur part serait de proposer les deux, l’offre est intéressante pour les professionnels, entreprises, et les particuliers qui ne peuvent lacher plus de 1000€ d’un coup tout les deux ans mais peuvent se permettre un abonnement. Une offre à l’ancienne serait aussi judicieux pour tout les aspects de pas d’internet, pas besoin d’une maj qui rajoute pas grand chose. L’offre abo devrait aussi pouvoir fonctionner sans internet ( t’as une panne tu fais comment pour taffer?) tu payes un mois ou un an tu as le droit à un mois ou un an d’utilisation.
    Je suis en formation et nouveau dans ce métier (je viens de la musique ou c’est quasi la même histoire, pas facile de se payer une daw et les multiple plugins, soundbanks etc)
    Pour ma part ça seras l’abonnement et une version cracké en cas de panne internet.

  29. Bonjour,

    À ce propos, puisque vous êtes nouveau dans ce métier :

    Évidemment, toutes les formations se font sur des logiciels commerciaux chers, et elles doivent être faites vite, de sorte que souvent le professionnel, opérationnel tout de suite, n’a pas le temps de découvrir profondément comment ça marche, et il deviendra dépendant de la marque par la suite .

    Combien ai-je vu de profs qui ne pouvaient plus passer de M$ Office à LibreOffice alors que cette suite est déjà cent fois trop puissante pour leurs besoins…

    Moi qui suis un amateur éclairé avec de bonnes connaissances en programmation, en physique etc., quand j’ai dû choisir d’apprendre vraiment sérieusement un logiciel graphique, je me suis forcé à utiliser Gimp (je ne suis pas riche, ma retraite approchait, je sais écrire des plugins…) Au début, ç’a été vraiment une galère. Quinze ans après, c’est Photoshop qui m’embrouille un peu et me paraît traiter l’utilisateur comme un minus habens.

    Pour le traitement du son, après avoir appris (toujours en autodidacte) sur les logiciels Adobe et Sony, je me suis aperçu que Audacity satisfaisait TOUS mes besoins, et je le maîtrise à présent pour des usages assez complexes. De même en vidéo (amateur), je fais exactement ce que je veux avec kdenlive ; tout ce qui est proposé par Pinnacle, en moins opaque pour l’utilisateur…

  30. Bonjour à tous.
    Est il possible de s’abonner uniquement lorsque l’on en as besoin ?
    1 mois par ci par la?

  31. Le seul argument mis en avant par Adobe (joint par tél) est en effet : « mais non, ce n’est vraiment pas cher, rendez-vous compte 60 euros pour 28 applications ! ». Qui se sert de 28 apps ? A part quelques pros ou amateurs stakhanovistes ! Pourquoi l’immense majorité des utilisateurs doit-elle payer pour une offre qui ne la concernera jamais ? L’offre Adobe est tellement contraignante et disproportionnée – elle fait penser à ces formules de restaurant « à volonté » où on peut s’empiffrer à gogo : quand on a le cœur qui se soulève, on se dit qu’un menu plus simple vous aurait bien mieux convenu – qu’elle ne prend jamais en compte les besoins des utilisateurs, juste ceux des financiers. Pourquoi ne pas proposer des formules à 2, 3, 4, 5, … applis en fonction des nécessités de chacun ? Solution trop simple, sans doute et qui satisfait probablement fort mal les rêves des actionnaires…
    Dommage, car on a affaire à de vrais beaux produits, mais dont la dimension artistique cède devant la logique financière ; on me dira que c’est le prix à payer de l’une par l’autre. A moi, de rêver à une autre logique…

  32. La publicité, notamment celle des entreprises qui ont choisi de vendre chat en poche à des clients rendus confiants par un prix élevé (Adobe, Apple…) me semble s’inspirer de plus en plus souvent des méthodes des religions et des sectes : répéter des contre-vérités flagrantes avec insistance incantatoire, et toujours les mêmes, du genre « 60 euros par mois, c’est pas cher ! », repris dans la pub Youtube « Craquer pour photoshop CS6 en 4 étapes » où le jeune démonstrateur trouve que 25 euros par mois, c’est pour rien (c’est sans doute son père qui paye) et croit à une arnaque…

    Dans un débat sur développez.com, c’était la politique de prix élevés d’Apple qui était mise à mal – comme d’habitude – par des techniciens pour qui un i3, pommé ou pas, n’est qu’un i3. Les chiens de garde d’Apple finissent par se radiner, et ils répètent la mantra habituelle :

    « Cher, oui, mais par rapport à quoi ? Y’à a peu près rien d’équivalent ailleurs, donc comment comparer (etc…) »

    Argumentation absolument illogique, où un présupposé (rien d’équivalent ailleurs, donné comme un article de foi) est injecté en douce sans démonstration pour éliminer toute discussion.

  33. Люблю Россию

  34. J’ai acheté la version CS3. Je ne m’abonnerai JAMAIS aux nouvelles versions question de principe. Pour mon utilisation modeste de photoshop, les versions CS suffisent amplement. Dans quelques années, photoshop finira par être concurrencé par de vrais solutions alternatives et de ce fait perdra son monopole. CQFD

  35. Avis aux connaisseurs :
    Qu’est-ce qui est mieux SVP : la version CS5.5 ou CS6 de Photoshop et Illustrator ? (Si possible avec des exemples concrets). Les nouvelles fonctionnalités valent-elles vraiment le détour ? Quand je vois que les polices défilent plus vite sous CS5.5 que sous CS6, je me pose des questions…

    Pour InDesign, pour ma part c’est entendu. La version CS5.5 est bien meilleure que la CS6 et la CC2015, tests à l’appui. Pour ceux que ça intéresse :
    http://www.macg.co/logiciels/2014/08/adobe-indesign-15-ans-lage-bete-83891

Trackbacks/Pingbacks

  1. Taille d'impression dans Photoshop CS6/CC - atelier ooblik - [...] http://www.photofloue.net/2013/05/14/photoshop-cs-cc/ [...]
  2. L’affaire Adobe CC : le point sur l’avenir de Photoshop et de Lightroom - [...] ne reviens pas sur les informations de base du lancement de Creative Cloud exposées dans un article précédent, mais…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*