Pages Navigation Menu

(il y a un jeu de mots)

Les smartphotophones arrivent…

Le débat sur « quel est le meilleur compact du photographe » (vous savez, celui que tout bon photographe a dans sa poche quand il n’est pas reflex en bandoulière) risque bien de se transformer en « pour ou contre la photo avec smartphone ». Débarquent en cette fin de printemps une nouvelle génération de smartphones qui brandissent leurs performances photographiques, et qui vont faire que l’iPhone se sentira moins seul chez les adeptes de la photographie mobile.

Les principaux joueurs :

  • HTC One : 8 MP, obj équivalent 28mm f:2,0
  • Samsung Galaxy SIII : 8 MP (même capteur Sony que l’iPhone)
  • Panasonic Eluga : 8 MP
  • et le très attendu (au tournant) Nokia PureShot : capteur de 41 MP pour former une image de 5 (ou 8 ?) MP, optique Zeiss f:2,8

Je teste depuis quelques jours le HTC One X, et les fabricants d’appareils classiques feraient bien de faire de même car tout d’un coup leurs interfaces sont sacrément ringardisées. L’accès aux contrôles est immédiat et simplissime, l’appareil très réactif, et la taille de l’écran rend la prise de vue et la navigation très confortable. Deuxième atout : la postproduction se fait naturellement dans la même interface — et le même appareil (capture d’écran ci-dessus). Il va être de plus en plus naturel de retoucher les photos immédiatement après la prise de vues, et je pense que les appareils classiques devront suivre — mais cela suppose des écrans de plus grande taille et une ergonomie loin du standard actuel plein de boutons.

Reste à voir la qualité d’images… le test est en cours. A suivre !

En attendant, voici le spot de lancement du HTC One, un contexte de démo bien trouvé et spectaculaire.

11 Comments

  1. Je joue depuis 3 ans avec un Sony-Ericson C905 qui me sort des images de très bonne facture (pour un compact et pour l’époque) : http://www.c905photocompetition.com/
    J’attends avec impatience le Nokia Pureview ou un Nokia Lumia Pureview (sous Windows) pour remplacer mon vieux compagnon.

  2. J’utilise depuis un bon moment un téléphone sous Windows bien avant l’apparition des Iphone.
    J’ai eu une parenthèse en Iphone très courte puis sous Androîd très confortable mais pas assez professionnel.
    Paradoxalement c’est le système Windows qui est le moins propriètaire car il n’oblige pas à se connecter au réseau pour fonctionner. Ceux qui ont connu les Palm et autres Psion comprendront la nuance qui est de taille.
    La connexion est une chaine elle consiste à vendre son âme au diable, expression un peu exagérée en première lecture mais à la quelle nous devrions prêter attention.

    Les Apps sont encore pires en ce sens que en échange d’un confort réel nous confions nos données à des éditeurs qui eux mêmes dépendent du bon vouloir du maitre Apple.
    Et crier pour se convaincre soi même »c’est l’avenir! » tiens du syllogisme.
    J’avais mis une assez grosse partie des liens logiciels qui reliaient mes équipes sur un système que propose Google hébergement etc mais j’en reviens Google par exemple qui fournissait des services sur le nuage comme ses docs ses tableurs ses blocs notes ses blogs etc retire quand cela lui chante l’un ou l’autre il l’a fait déjà pour ses sites exportant fort poliment d’ailleurs vos réalisations vers un format qui ne permet plus ce que l’on attendait de son projet il l’a fait pour son bloc note que nous utilisions beaucoup pour communiquer entre nous il le ferra demain pourquoi pas avec ses tableurs
    Nous en étions à passer sur leur solution de gestion du temps quand l’épisode du bloc note m’a mis en alerte
    Je crois qu’il est vital de conserver ses données et les applications qui permettent d’y accéder sur ses propres disques .
    durs.
    Mais il est tout aussi important de chercher des solutions qui fonctionnent sur différents systèmes.

    Je prendrait comme seul exemple de réussite le bloc note « Evernote » qui vient du monde Mac mais qui fonctionne aussi sous Android sous Windows en application résidente se synchronise parfaitement.
    C’est ce critère qu’il faut vérifier avant de s’emballer pour une Apps ce qui en élimine un très grand nombre.
    A moins bien sur de considérer son téléphone comme une forme de jouet mais c’est alors une autre histoire.
    Il en va de même pour son téléphone sauf si celui ci somme toute n’est qu’un objet qui n’engage pas sa vie professionnelle

  3. Je suis sérieusement content de cet article même s’il ne va pas dans les derniers retranchements. Je suis moi même un grand fan des smartphones et j’utilise un iphone 4 au quotidien pour faire des photos je suis notamment, fondateur du réseau @igersmetz sur Instagram. J’ai écrit un mémoire sur l’iPhoneographie et surtout sur la photographie mobile. L’impact de ce courant va de plus en plus grandissant… Bravo Philippe j’aime beaucoup ton blog 🙂

  4. Les IPhone sont très sympa, géniaux même mais il est vivement déconseillé de leur confier des données importantes.
    Et par données importantes il ne faut pas entendre données personnelles,celles la ne peuvent intéresser que quelques commerçants, non les données importantes sont celles qui impliquent le métier.
    Le IPhone est si présent dans les poches qu’il dénote soit que son propiétaire est capable de séparer ses propres usages des usages de son métier soit qu’il se fiche des conséquences.
    La cyberguerre n’est pas un invention de paranoïaques elle est permanente et si vous n’êtes rien vous ne risquez rien et dans ce cas le IPhone convient parfaitement.

  5. Je suis entré en contact avec le développeur de produits assez géniaux pour iPhone. Dont un testé dans le magazine de ce mois « 645 Pro » (http://jag.gr/apps/). J’adore aussi sa façon d’adapter ses pages en fonction du soft (http://jag.gr/6×7/). 😀
    Je n’aime pas l’iPhone pour de multiples raisons (voir premier post), mais pour ceux qui ne peuvent plus s’en passer je pense que ça vaut le coup d’oeil.

  6. Franchement il ne faut pas être très intelligent pour comparer un Smartphone ou un Iphone à un appareil photographique.

    Comparer un objectif photographique avec un cul de mouche, faut le faire !

    Je vous conseille de faire des tirages en A3 et A2 avec vos jouets…

  7. Tirages A2 faits. No problem.
    Il faut simplement savoir ce qu’on attend. Un tirage depuis un Hasselblad n’est pas un tirage depuis un Nikon full frame, qui n’est pas un tirage depuis un Olympus Pen, qui n’est pas un tirage depuis un iPhone — lire ce qui précède sans notion de hiérarchie, c’est juste différent. Ce que je recherche en photographiant avec un iPhone n’est pas la haute fidélité à tout prix, c’est juste autre chose. Et en A2, c’est très bien.

  8. Idem que Philippe, il a son utilisation. Je l’utilise pour m’amuser et prendre des photos quand je n’ai pas mon EOS 10D (on peut aussi faire de l’A3 avec celui-là) ou mon EOS 5 (on peut aller plus haut que de l’A0).
    Le Canon EOS-1D (10 ans déjà) avait 4Mp et permet une impression 28x35cm avec un bonne qualité.

    Vous connaissez beaucoup de particuliers qui tirent en A3 ou en A4 ? La plupart des gens que je connais ne tirent même pas leurs photos et les stockent bêtement sur disque dur pour un visionage sur le téléviseur.

    Il n’est donc pas question d’intelligence, mais plutôt d’une pédanterie mal placée.

  9. J’avais un moment participé à un fil sur les Numériques où nous publiâmes des images exclusivement prises au photophone.
    Il y a dans ce fil quelques jolies choses il faudra que je le retrouve .
    Et beaucoup parmi les images datent de bien avant le IPhone

  10. Voilà une galerie avec un « simple » iPhone… http://www.jjcagnart.com/reportages_iphone.html

    JJC

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*