Pages Navigation Menu

(il y a un jeu de mots)

Vous en rêviez ? Fuji l’a fait — le compact idéal des photographes ?

Mise à jour 25/9/10 : Le prix annoncé est de 1000 $, ce qui veut dire vers 800 €, peut-être un peu plus car on est toujours un peu au-dessus du taux de change. Positionnement prix bien vu.

Alors que la Photokina ouvre ses portes à Cologne, Fuji révèle un compact qui n’est pas loin d’assouvir le fantasme de tout photographe qui se respecte : le-compact-numérique-pour-photographe-qui-ressemble-quand-même-à-un-argentique. Ca ressemble fortement au Leica X1 (d’ailleurs il s’appelle X100) : capteur APS 12MP et focale fixe 35mm, MAIS IL A UN VISEUR. Et, s’il vous plait, un viseur qui peut basculer de l’optique à l’électronique. Et l’objectif ouvre à f:2.0. Macro à 10cm. Look rétro à souhait.

Commercialisation 2011, et pas de prix annoncé.

Fuji a le don de sortir de temps à autres, en parallèle à une gamme grand public très sage, de petites perles comme ses 6×7 ou, en son temps, le baroudeur…  Bon, on va attendre de l’avoir en main et de voir les photos, mais il part avec un coup de cœur d’avance.

Vues de dessus, de dos et communiqué de presse :

Le FinePix X100 est destiné aux photographes professionnels et aux passionnés les plus enthousiastes à la recherche d’une qualité d’image exceptionnelle. Il est conçu pour séduire les millions d’utilisateurs de reflex à la recherche d’un second boîtier. A la fois discret et performant il permet de saisir des instantanés avec le plus haut niveau de qualité lorsque l’utilisation d’un reflex serait peu pratique voire impossible. Bien entendu, il sera le premier choix d’un professionnel recherchant en priorité la souplesse et la légèreté.
Analysant le marché, Fujifilm a perçu une demande importante pour un compact de très haut niveau (s’appuyant sur le format APS-C) comme alternative au Reflex. Forts de leur expérience auprès de plusieurs générations d’utilisateurs des célèbres films professionnels Velvia, Provia et Astia, les ingénieurs ont résolument mis à profit leur savoir-faire pour concevoir le compact idéal des professionnels de l’image.
La priorité portant sur la qualité des images, il fut décidé de bâtir ce modèle sur la meilleure compatibilité possible entre l’objectif et le capteur. L’optique, une focale fixe Fujinon ouvrant à f/2.0, a été calculée en fonction des caractéristiques du capteur APS-C choisi. A cela se joint le nouveau Processeur EXR bénéficiant des dernières technologies Fujifilm de traitement d’image.
D’autres offres semblent répondre au besoin d’un compact professionnel « ultime », mais l’équipe de développement Fujifilm pense avoir fidèlement interprété la demande du marché. Grâce à une série d’arguments techniques, le FinePix X100 occupe une place privilégiée face à ses concurrents. Les principales technologies proposées sur ce boîtier sont les suivantes :
Le Viseur Hybride Nouveau Développement
Le Viseur Hybride du FinePix X100 associe un viseur optique classique, comportant des repères de cadrage lumineux tel qu’on peut les retrouver sur les compacts 35mm de haut de gamme ou les appareils moyen-format, et le viseur électronique des appareils numériques sans miroir. En intégrant un prisme dans le viseur de Galilée inversé, devant l’écran LCD de 1 440 000 pixels, le Viseur Hybride permet de voir simultanément le cadre de visée ainsi qu’une série de données de prise de vue. Il peut bien entendu être utilisé comme un viseur électronique de haute qualité pour composer et consulter les images. La bascule instantanée, via une simple commande, de la visée optique à la visée électronique, offre aux utilisateurs un plaisir nouveau et une liberté inédite dans leur pratique photographique, leur permettant d’aborder différemment les conditions les plus difficiles de prise de vue.
Tandis que les appareils numériques devenaient, ces dernières années, de plus en plus fins et compacts, le cadrage et la visualisation des images au dos de l’appareil, sur l’écran LCD haute définition, sont devenus des pratiques courantes. Pourtant, saisir l’image l’oeil collé dans le viseur optique est resté l’apanage des appareils argentiques et constitue l’attente de bon nombre d’utilisateurs d’appareils numériques. Beaucoup préfèrent avoir l’oeil au plus près de la visée pour rester concentrés sur la composition de l’image et bénéficier sans perturbation d’une vision claire du sujet.
Alors que les pratiques traditionnelles proposent via le viseur optique, une vue parfaite du sujet, le viseur électronique donne accès à des données telles que la vitesse, le diaphragme, la balance des blancs, la correction d’exposition et la sensibilité, lesquelles assistent le photographe dans son travail. Le Viseur Hybride du FinePix X100 offre le meilleur de ces deux mondes.
Les autres caractéristiques du Viseur Hybride sont les suivantes :
Le viseur de Galilée inversé est doté d’un facteur de grossissement de 0,5. Il associe des éléments optiques en verre à haut indice de réfraction et bénéficie de très faibles niveaux d’aberrations chromatiques et géométriques.
En utilisant la visée optique, la luminosité des repères de cadrage et des données affichées sont automatiquement ajustées en fonction de l’éclairage de la scène photographiée.
Les informations nécessaires à la prise de vue sont ainsi toujours clairement visibles.
Les informations de prise de vue sont mises à jour en temps réel en fonction des réglages de vitesse, d’exposition, de sensibilité effectués.
En utilisant le « viseur électronique », le photographe peut visualiser le sujet “à travers le capteur” ou consulter les clichés enregistrés. Accessible d’une simple commande, cette option permet au photographe de confirmer les réglages d’exposition, la profondeur de champs, la balance des blancs et le cadrage en mode macro.
Le capteur CMOS APS-C 12.3 Mégapixel
Le FinePix X100 est doté d’un capteur dédié CMOS de haute performance bénéficiant d’une optimisation interne propre à ce modèle.
Le contrôle de l’angle d’incidence associé au développement spécifique de l’optique optimise la concentration lumineuse et étend le périmètre du capteur, produisant en cela des images plus nettes et d’une clarté exceptionnelle.
Lors de l’enregistrement d’une séquence vidéo HD, l’association du large capteur et d’une grande ouverture de diaphragme, f/2.0, permet de bénéficier d’une faible profondeur de champs et donc de détacher le sujet net de son arrière plan flou (effet «bokeh ») : une option esthétique inaccessible sur un appareil photo compact standard.
La combinaison idéale d’une focale fixe, d’un capteur de haute sensibilité (environ 10 fois plus sensible que celui d’un compact standard*) et du processeur d’image de haute performance, permet de saisir des images de qualité exceptionnelle sur toute la gamme des sensibilités proposée.
* En comparaison avec les autres modèles d’appareils compacts FinePix.
La grand rapidité du capteur CMOS et la puissance du système de mise au point du Processeur EXR permettent un AF de haute performance tandis que l’association du viseur optique et la grande réactivité de l’obturateur augmentent le plaisir ressenti à chacun des déclenchements.
Optique (Asphérique) Fujinon 23mm f/2.0
La toute nouvelle formule optique de l’objectif propose une focale de 23mm (équivalent à 35mm sur un appareil 135) et une très large ouverture maximum de f/2.0. Issu de verre moulé, il comprend 8 éléments répartis en 6 groupes.
L’adoption d’une structure non rétractable outre qu’elle minimise l’encombrement de l’objectif et contribue à la compacité de l’appareil, permet également de ne pas avoir à déployer l’optique au démarrage de l’appareil. Ce dernier est donc prêt à déclencher instantanément.
Bénéficiant des performances d’une focale fixe, cette optique offre une netteté « tranchante » sur tout le champ couvert : une précision « de rasoir » du centre jusqu’aux bords de l’image. L’architecture de cette optique ne propose pas seulement une étonnante ouverture de f/2.0 mais également un très haut niveau de résolution dès la fermeture de 1 à 2 diaphragmes.
L’optique bénéficie d’un diaphragme à 9 lamelles.
La très grande ouverture et la qualité de fabrication de l’objectif permettront à coup sûr aux photographes de prendre de magnifiques images avec un très délicat effet de flou sur les zones extérieures au plan de mise au point (effet bokeh).
L’objectif permet de réaliser des gros plans en macro à une distance de 10 cm.
Equipé d’un filtre de densité neutre intégré, (équivalent à une réduction de luminosité de 3 diaphragmes) cette optique permet une parfaite maîtrise de la profondeur de champs même en pleine lumière et lorsque garder le diaphragme pleinement ouvert est nécessaire à l’esthétique de l’image. Grâce à ce filtre, la vitesse d’obturation pourra également être réduite pour garder l’effet de « filé » d’un mouvement (pour photographier par exemple, une chute d’eau ou tout autre sujet en mouvement nécessitant la conservation du flou de bougé).
Processeur EXR Nouveau développement
Associé à une optique de haut niveau et à un capteur de grande sensibilité, le tout nouveau Processeur EXR dote les images produites par les appareils numériques Fujifilm des plus hauts niveaux de netteté, de sensibilité et de dynamique étendue.
Le développement de ce processeur, a permis à Fujifilm d’optimiser toutes les structures des circuits, et d’améliorer significativement les performances du traitement du signal, obtenant ainsi une reproduction plus fine et plus fidèle des images.
L’interphase graphique (l’affichage et l’agencement des informations fournies par l’écran LCD) a été repensée, dans le nouveau LSI développé, pour rendre plus claires les informations fournies et pousser à son extrême l’expérience photographique.
Design
Inspiré de la forme et du style des appareils photo classiques, le FinePix X100 est le fruit de l’alliance des dernières mutations technologiques avec l’élégance et le prestige de la tradition.
L’ergonomie de sa conception est un parfait équilibre entre la compacité et le confort.
Les commandes de l’appareil ont été soigneusement pensées pour offrir au photographe un accès immédiat aux réglages d’ouverture, de vitesse d’obturation, de sensibilité etc., et permettre une expression créatrice débarrassée des préoccupations techniques. Des modes personnalisés sont accessibles, modifiant les réglages d’une simple touche.
Les capots inférieurs et supérieurs sont moulés en alliage de magnésium (moulage des métaux semi-solides). Ils contribuent à la haute précision et à la robustesse de l’ensemble de l’appareil.
Toutes les molettes du capot supérieur sont en métal. Ces commandes manuelles permettent à l’utilisateur d’ajuster directement les réglages sans avoir à allumer l’appareil et sans se concentrer sur un écran de contrôle.
La qualité « Premium » de cet appareil est évidente au moindre détail. Le revêtement en cuir de haute qualité du châssis est un plaisir du toucher et un délice à l’utilisation.

24 Comments

  1. yep ! reste à connaitre le prix de cette petite merveille

  2. Alléchant en effet…attendons les tests…

    nb : Cependant, un réflex aussi « simple »…pardon, j’utopise !

  3. Annonce intéressante, le concept est séduisant avec la bouille d’un « télémétrique vintage », reste à voir les résultats des tests et ce qu’il a sous le capot…euh le capteur!! …. à quel prix???

  4. Allez… 990 €
    Mais même à ce prix, j’en connais un qui pourrait se laisser faire…

  5. Le prix qui flotte sur le web est de source Nikkei (agence de news japonaise) est « entre 120 et 150 000 yens », soit une fourchette 1070 – 1300 €, ce qui ne nous avance pas beaucoup…
    Toujours selon Nikkei, Fujifilm prévoit d’en vendre 100 000 en deux ans.

  6. Terriblement alléchant ! A surveiller… même si j’ai déjà craqué pour un concurrent. Le X100 fera-t-il mieux que mon 1er choix (pas exempt de défauts) ?

  7. Et ce que Canon/Nikon//Sony/… sont frileux dans ce domaine !

  8. Nan nan nan, il y a quand même un vrai défaut: que faire d’une focale de 35 mm ?!

    Le même avec un 28 et je plonge tout de suite.

  9. Faudrait poser la question à Cartier-Bresson.

    Je préfère également le 28 au 35 en règle générale, mais comme focale fixe unique, on expérience avec le X1 confirme que le 35/40 est plus universel.

  10. Moi je suis vraiment plus 35/40mm.
    Ce boitier me fait penser à ma Canonet en version numérique. Même si le tarif n’est aps le même !

  11. Oui, vraiment de grand espoir sur cet appareil. En espérant ne pas être déçu lors des premiers tests/ prises en main… ce qui fut déjà le cas trop souvent dans ce domaine !

    35mm en fixe, f:2 … Parfait !!!

  12. Un compact avec « grand » capteur, une optique de 35mm f2, une jolie construction, l’idéal pour moi, reste à voir la qualité des images et le prix.

  13. Aïe aïe aïe !
    Ça devient de plus en plus dur de ne pas abandonner mes bandes de celluloïd ! 😉

  14. Pourvu que le prix ne soit pas un assassinat.

  15. Le prix ? Autour des $1000, dispo mars 2011 (source : dpreview).

  16. C’est Léopold Baiwir qui va être content. Cet appareil répond point par point à ses desiderata* publié dans la Tribune de RP paru mi-juillet. Sauf pour le viseur pop-up, mais nous n’allons pas nous en plaindre.
    *Il voulait un viseur 90%, là il est gâté. Un objectif lumineux équivalent 35mm, c’est tip-top. Pas de retard au déclenchement, attendons les test de Rp. 10MP lui suffise, avec 12 Fuji a visé juste.
    Et personnellement, je voulais aussi une belle image à 3200 iso.
    Pour résumer, je suis impatient de l’essayer.

  17. Bin moi aussi je l’attend avec impatience !

    Il me tente même beaucoup plus que le M9 (même en faisant abstraction du prix), car il semble beaucoup plus original, moderne (écran, viseur) et bien pensé (contrairement au M8 et M9 qui me déplaisent bien qu’adepte du M argentique).

    En complément de mon reflex et de mon M6 (pour l’argentique) il semble parfait !

  18. Le prix annoncé par Fuji est de 1000 $, ce qui veut dire vers 800 €, peut-être un peu plus car on est toujours un peu au-dessus du taux de change. Ce type d’appareil n’a pas en général un « street price » très différent du prix officiel.

  19. Depuis le temps que je revais d’un engin comme celui-là!!!! je souscris tout de suite, rien que pour l’habillage, plus agréable à regarder que les Leica M et bien plus que le X1

  20. Il est magnifique cet engin :o) Merci Fuji !
    En plus il nous reste 6 mois pour économiser et voir si Nikon ou Canon vont (enfin) réagir.
    NB : il reste un peu de temps à Fuji pour ajouter un levier d’armement(pour le charme, le côté physique comme Epson sur son RD1)

  21. Mon problème, c’est que je ne sais pas ce que je ferai d’une optique 35mm… 🙁

  22. Chaque photographe à son style et son type de photo. Celui qui fait de la photo animalière ou de sport, n’aura même pas lu l’article en entier. Ou alors par curiosité.
    Par contre celui qui comme moi aime bien la photo « sociale »; le portrait, la photo intimiste sera ravi. Même si certains préfèrent le 50mm et d »autres le 24mm. Mais c’est déjà une joie de savoir qu’un constructeur est à l’écoute des passionnés.
    La voie est ouverte, d’autres constructeurs réviseront peut-être leur projets suite à l’engouement du x100.

  23. j’ai commencé à économiser 😉 fuji a, en effet, anticipé mes désirs et un 35 mm f2, ça me convient tout à fait ! et tant pis pour olympus à qui j’avais tendu la perche !

  24. en ce qui concerne la focale de 35mm f/2, je salue l’effort car il est rare que les constructeurs s’aventurent sur les terrains du « fixe » sur les compacts. on renoue avec la pratique originale du photographe ou ce sont les jambes qui servent de « zoom » 🙂
    même si je suis un inconditionnel du couple 28mm et 50mm sur mes reflex je suis impatient de voir les résultats et de pouvoir prendre la « bête » en main…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*