Pages Navigation Menu

(il y a un jeu de mots)

Proposition de loi relative aux photographies d’images corporelles retouchées

avertissement

Voilà l’avertissement que nous risquons de voir fleurir autour de photographies si le projet de loi déposé par la député UMP Valérie Boyer va à son terme. L’intention, louable, est de combattre l’anorexie. L’idée, plus discutable, est d’accompagner toutes les photographies retouchées de cette mention.

Voici le texte de la proposition :

PROPOSITION DE LOI

Article unique

Le chapitre III du titre III du livre Ier de la deuxième partie du code de la santé publique est ainsi modifié :

1° Dans l’intitulé, après le mot : « Alimentation, » sont insérés les mots : « représentation du corps, » ;

2° Il est ajouté un article L. 2133-2 ainsi rédigé :

« Art. L. 2133-2. – Les photographies publicitaires de personnes dont l’apparence corporelle a été modifiée par un logiciel de traitement d’image doivent être accompagnées de la mention : “Photographie retouchée afin de modifier l’apparence corporelle d’une personne”.

« Le non-respect du présent article est puni d’une amende de 37 500 €, le montant de cette amende pouvant être porté à 50 % des dépenses consacrées à la publicité. »

Il est intéressant de lire l’exposé des motifs de cette proposition de loi pour bien saisir le raisonnement et comprendre quelles en sont les évolutions naturelles. Et comme nous avons toujours l’esprit pratique, photofloue.net vous a préparé des avertissements clés en main à copier et coller près de vos dangereuses photographies.

Voici le préambule :

N° 1908
_____
ASSEMBLÉE NATIONALE
CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958
TREIZIÈME LÉGISLATURE

Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 15 septembre 2009.

PROPOSITION DE LOI

relative aux photographies d’images corporelles retouchées,

(Renvoyée à la commission des affaires sociales, à défaut de constitution
d’une commission spéciale dans les délais prévus par les articles 30 et 31 du Règlement.)

présentée par Mesdames et Messieurs
Valérie BOYER, Nicole AMELINE, Patrick BEAUDOUIN, Jérôme BIGNON, Roland BLUM, Jean-Claude BOUCHET, Loïc BOUVARD, Patrice CALMÉJANE, François CALVET, Pierre CARDO, Joëlle CECCALDI-RAYNAUD, Dino CINIERI, Éric CIOTTI, Philippe COCHET, Georges COLOMBIER, Jean-Pierre DECOOL, Patrice DEBRAY, Nicolas DHUICQ, Jacques DOMERGUE, Dominique DORD, Jean-Pierre DUPONT, Daniel FASQUELLE, Guy GEOFFROY, Jean-Pierre GRAND, Anne GROMMERCH, Jacques GROSPERRIN, Christophe GUILLOTEAU, Françoise HOSTALIER, Jacqueline IRLES, Denis JACQUAT, Philippe Armand MARTIN, Pierre MOREL-A-L’HUISSIER, Philippe MORENVILLIER, Jean-Marc NESME, Jean-Pierre NICOLAS, Bérengère POLETTI, Didier QUENTIN, Éric RAOULT, Michel RAISON, Jacques REMILLER, Francis SAINT-LÉGER, Jean-Pierre SCHOSTECK, Daniel SPAGNOU, Guy TEISSIER, Alfred TRASSY-PAILLOGUES, Patrice VERCHÈRE et Marie-Jo ZIMMERMANN,
députés.

EXPOSÉ DES MOTIFS

Mesdames, Messieurs,

Je vous présente une proposition de loi relative aux photographies d’images corporelles retouchées et je souhaite qu’une mention précise que ces photos ont été retouchées.

En effet, ces images peuvent conduire des personnes à croire à des réalités qui, très souvent, n’existent pas. Il ne faut pas se limiter aux simples photographies à usage commercial et il convient de relever un champ plus large que les photographies « ayant pour objet d’être diffusées dans la presse écrite ». Une affiche publicitaire ou une photographie figurant sur l’emballage d’un produit seraient également concernées, tout comme les photographies des affiches de campagne politique ou encore les photographies d’art.

Répondant aux préoccupations du Gouvernement exprimées le 15 avril 2008, au cours de l’examen à l’Assemblée nationale de la proposition de loi visant à combattre l’incitation à l’anorexie, au sujet de l’amendement n° 1 qui avait le même objet, l’obligation de faire figurer une mention sur une photographie retouchée à usage commercial ne semble donc pas attentatoire à la liberté de création et d’expression.

Si l’insertion du dispositif dans le code de la consommation à travers la sanction d’une pratique commerciale a pu être envisagée, elle n’est cependant pas pleinement pertinente au regard de l’objectif poursuivi par la proposition de loi. Bien que ce code peut être aussi de protéger le consommateur en tant que tel (contre une tromperie sur la nature, les caractéristiques du produit vendu, ou une technique de vente abusive), mais aussi de lutter contre la diffusion d’une « représentation erronée de l’image du corps dans notre société », laquelle peut contribuer au développement de divers troubles psychologiques, notamment du comportement alimentaire. En revanche, la retouche photographique d’un mannequin sur une publicité pour un véhicule est certes trompeuse mais ne constitue pas une tromperie sur les qualités du produit pour le consommateur, en tout cas pas plus que la retouche du paysage en arrière-plan.

L’objectif poursuivi est bien un objectif de santé publique, mais peut aussi contribuer à protéger le consommateur. Le dispositif proposé peut être inséré dans le code de la santé publique, à la suite des dispositions prévoyant que « les messages publicitaires en faveur de boissons avec ajouts de sucres, de sel ou d’édulcorants de synthèse ou de produits alimentaires manufacturés doivent contenir une information à caractère sanitaire » (article L. 2133-1).

À cet effet, il pourrait être envisagé de compléter le chapitre III (Alimentation, publicité et promotion), qu’il est proposé de renommer « Alimentation, représentation du corps, publicité et promotion », du titre III (Actions de promotion concernant l’enfant) du livre Ier (protection et promotion de la santé maternelle et infantile) de la deuxième partie (Santé de la famille, de la mère et de l’enfant) du code de la santé publique par un nouvel article L. 2133-2.

Cependant, si le dispositif devait être inséré dans le code de la santé publique, il conviendrait de prévoir une sanction en cas de non-respect de l’obligation de mentionner qu’une photographie d’image corporelle est retouchée. Il est proposé de prévoir, sur le modèle de la sanction de certaines publicités comparatives prévue par l’article L. 121-15 du code de la consommation, une amende de 37 500 euros, cette amende pouvant être portée à 50 % des dépenses consacrées à la publicité.

C’est clair, si la proposition de loi s’insère dans un contexte législatif visant les annonces publicitaires dans le secteur alimentaire, elle ne satisfait pas vraiment la rédactrice, et l’intention est d’aller beaucoup plus loin :

« Il ne faut pas se limiter aux simples photographies à usage commercial et il convient de relever un champ plus large que les photographies « ayant pour objet d’être diffusées dans la presse écrite ». Une affiche publicitaire ou une photographie figurant sur l’emballage d’un produit seraient également concernées, tout comme les photographies des affiches de campagne politique ou encore les photographies d’art. »

« Bien que ce code peut être aussi de protéger le consommateur en tant que tel (…), mais aussi de lutter contre la diffusion d’une « représentation erronée de l’image du corps dans notre société », laquelle peut contribuer au développement de divers troubles psychologiques, notamment du comportement alimentaire. » — la rédaction de cette phrase me semble un peu bancale, mais on voit l’idée.

Donc toutes les photographies, à partir du moment où il y a une représentation du corps. Et on ne voit pas pourquoi le net ou l’audiovisuel seraient exclus pour ne se concentrer que sur la presse écrite et l’affichage, la logique est de viser toute représentation publique d’une photographie.

Le texte précise :

(les photographies dont) l’apparence corporelle a été modifiée par un logiciel de traitement d’image

Comme si la retouche photographique était née avec le numérique. La retouche photographique est née avec la photographie. Pourquoi exclure la gouache, l’airbrushing, les crayons ? Parce que, comme la peinture à l’huile pour la peinture à l’eau, la retouche manuelle est plus difficile que la retouche numérique, donc plus noble ? Le Studio Harcourt n’a-t-il pas construit son succès sur « la modification de l’apparence corporelle d’une personne » ? Et quelle est la différence entre ajouter un peu de temps à l’agrandisseur sur des dents un peu sombres ou des cernes et passer un coup de pinceau éclaircissant dans un logiciel ?

avertissement14

En fait, toutes les prises de vues numériques ne seraient-elles pas concernées ? Chaque appareil photo embarque un logiciel de traitement d’image. Réglez l’appareil sur le mode portrait, et l’apparence corporelle est modifiée : peau lisse et sans défaut, hâle comme au retour de vacances. Et après, que faire si vous supprimez les yeux rouges ou masquez un bouton ? Et le noir et blanc, ce n’est pas une apparence modifiée ? La modification de l’apparence, ça commence où ?

avertissement5

avertissement6

Ce que ne semblent pas saisir les personnes qui ont découvert la retouche photographique depuis l’arrivée du numérique, c’est que la modification de l’apparence corporelle fait partie de l’ADN de la photographie au même titre que ce qu’on pourrait considérer comme son opposé qui est la représentation du réel. La manière dont on éclaire un modèle, le choix de la pose, le maquillage, le matériel photographique utilisé se combinent pour gommer les « défauts » et valoriser les atouts. Mettez votre corps de 3/4 pour la photo, et vous perdez 3 kilos. Relevez la tête un peu plus que nature, et votre menton s’affine. Habillez-vous de noir et retrouvez la minceur…

avertissement1

Et que faire de la chirurgie esthétique ? Il serait prudent, si vous photographiez un modèle qui est passé par le scalpel afin de modifier son apparence corporelle, de le préciser clairement. Sinon vous risquez de voir débarquer la police corporelle qui vous demande de fournir les originaux sous prétexte que tout cela n’a pas l’air bien naturel.

avertissement3

Et si vos photos de famille étaient concernées ? Vu votre talent, elles pourraient bien se trouver exposées ou publiées un jour ou l’autre…

avertissement11

avertissement9

Même chose pour l’affichage politique évoqué dans l’exposé des motifs.

avertissement4

Sur ce sujet, je serais prêt à parier que la photo de Valérie Boyer figurant dans le bandeau de son site a vu de près les pinceaux de Photoshop. Oh, pas grand chose, juste un peu de lissage, une petite retouche de rouge à lèvres, quelques cheveux rebelles, mais retouchée ?

Et où va-t-on s’arrêter ? Pourquoi exclure les retouches sur les paysages ?

avertissement13

Et pourquoi exclure l’illustration ou la peinture, au cas où des regards naïfs tireraient des conclusions hâtives des apparences corporelles représentées ?

ingres

En attendant, on pourrait décider que la frontière de la photographie se situe au stade de la retouche.

avertissement10

Je serais curieux de savoir comment a été calculé le montant de l’amende… 37 500 ? Chacun a mis un nombre au hasard dans un chapeau et on a tiré au sort, ou alors c’est super calculé, avec des critères pertinents, pour arriver à une somme aussi précise plutôt qu’un chiffre rond ? Toujours est-il qu’en suivant le principe de précaution et les conseils des juristes, les éditeurs de logiciels ne vont pas tarder à apposer des étiquettes avertissant des risques encourus avec l’utilisation de leurs produits.

avertissement8

OK, en bon citoyen je me dois, après avoir donné mon avis sur ce projet de loi bien dans l’air du temps, d’être un peu constructif vis à vis de son intention première : lutter contre l’influence des images sur l’anorexie. Plutôt que ce genre de mesure ajoutant à la paranoïa ambiante (voir l’affaire de la cigarette de Jacques Chirac qui n’ira pas jusqu’à la couverture de sa biographie, ou de la pipe de Monsieur Hulot) issue des avis prophylactiques de tous ordres, de la « précautionnite aigüe« , du politiquement correct et des lois « stupides« , il me semblerait beaucoup plus intelligent de développer (de créer) les enseignements sur la lecture de l’image, les mécanismes des médias, et la pratique de la photographie.

Et c’est justement sur ce sujet que commence l’exposé des motifs :

En effet, ces images peuvent conduire des personnes à croire à des réalités qui, très souvent, n’existent pas.

avertissement12

24 Comments

  1. Pour ce genre de loi il y a du monde par contre pour protéger le métier de photographe et leurs œuvres là…

  2. En même temps cela m’interpelle. Ce ne serait pas un mal que dans les seuls journaux people/pour d’jeuns les images (article et pub) de filles retouchées soient identifiées : photos bibons 😉 Et en même temps quand je vois que ce sont les photos prises à l’arrache par des paparazi (pas certain pour l’orthographe), mal cadrées, floues, laides, qui ont du succès…

    Au final je ne serai pas contre une petite indication pour ces journaux, mais surtout je serai pour une grosse discussion au sein de l’école. Je me dis qu’au Collège j’espère qu’il y a une fois par an un cour où on discute des dangers d’Internet un autre sur les dangers de la drogue, de l’alcool, du tabac, de l’anorexie etc. Éducation.

  3. donc si çà marche pour ses talonettes, çà marche aussi pour les poignées d’amour de notre cher président…

  4. de toute façon, et chacun le sait, la retouche photo n’est pas née avec le numérique… voir ici
    mais c’est vrai que c’est plus facile

  5. mdr^^ et quelle catastrophe aussi… que nos politiques s’intéressent à l’apparence ne m’étonne nullement ;)il n’y a qu’à les regarder 🙂
    combattre l’anorexie avec un projet aussi stupide,je ne suis toujours pas étonnée 🙂
    Bref,je ne m’étonne de rien moi…
    Et le projet  » permettre à tous d’avoir accès à la lecture l’écriture, la culture », dans de bonnes voir excellentes conditions…il est ou?
    Quand on voit comment et jusqu’où il faut se battre pour faire intégrer son enfant handicapé dans une école …
    Ils me font désesperement sourire…
    Ben s’il faut maintenant ranger nos pinceaux ( numériques ou non)…et placarder toutes les oeuvres d’art de messages style paquet de cigarettes …Alors là,moi je dis chapeau 🙂
    clap clap …çà c’est de la politique!
    Je vais prendre un encore plus grand plaisir à modifier toutes mes images 😉

  6. Eh ! Mais c’est notre « rebelle » préférée qui repointe le bout d’son nez. Salut Marie ! Ca fait rudement plaisir de te relire sur ces pages. J’t’envoie un mail perso ce s’ra + simple
    A+

  7. et tout comme magritte : j’inscrirai en gros « CECI N’EST PAS… »

  8. 🙂 🙂 🙂 J’ai bien ri en lisant ton article, Philippe. Bizarrement, il n’est pas venu à l’esprit de cette députée que les gens ne sont pas dupes des photos de magazines ?

  9. Je pense, Jeff, que vous vous trompez en disant que les gens ne sont pas dupes (toutes les photos n’apparaissent pas manifestement retouchées pour un oeil distrait) ; et de toute façon, vous sous estimez lourdement l’impact des publicités sur la formation des modèles (de la femme, du bonheur, d’un certain type de monde économique présenté comme inévitable..) qui s’implantent dans notre mentalité et guident nos vies, en faisant de nous de bons (sur)consommateurs et de (féroces) travailleurs sur un marché ‘compétitif’ – à moins que nous devenions de (méprisables) chômeurs ou que nous suivions la mode du suicide …

    La publicité dans son mode actuel procède de travaux scientifiques (commencés au début du 20ème siècle par un certain Edward Bernays, bien placé pour prendre en compte notre « inconscient » puisqu’il n’était autre que le neveu de Freud et qui ne se cachait pas de faire de la propagande ; on a ensuite parlé de publicité et maintenant de communication… vocable que partagent même les journalistes) et ces travaux visent à prendre le contrôle plus ou moins efficace (mais jamais inexistant) de nos décisions à l’insu voire à l’encontre de nos décisions : l’apparence de liberté, sans la liberté.

    Certes, la loi dont question est ridicule par son caractère vain (c’est la publicité qu’il faudrait interdire dans certains espaces ou certains moments de notre vie publique, et surtout privée : aah ! le télémarketing, quelle peste), mais il ne faudrait pas que les critiques de cette loi, négligent le bien fondé du souci qui l’anime.

    Pardon pour ce texte, mais je suis souvent effondré que les gens aient des yeux, et ne voient pas (surtout sur un site dédié à la photo 😉 )

  10. Aïe Aïe Aïe !!!
    Je n’en rajouterai pas sur tout ce qui a déjà été dit. Je souhaite bien du plaisir aux juges sensés appliquer cette idiotie si jamais c’était voté en l’état ! (ce dont je doute fortement malgré tout… )

    Sinon M’sieur Philippe, ya un gros « bouton » orthographique sur un de vos bandeaux ! Le « réglage un peu jaune » n’a pas été suffisant ! 🙂

  11. Merci pour cette info !
    A surveiller…
    En attendant je vais diffuser le lien à mes collègues photographes.

  12. Merci Yvap, plus c’est écrit gros, moins on le voit !

  13. Interview de Valérie Boyer sur 20minutes.fr :

    Quelle est votre définition précise d’une photo retouchée? Quelles en sont les limites?
    Ce n’est pas à moi de le dire mais aux professionnels qui utilisent les logiciels de traitement d’images. Toutefois le débat mérite d’être ouvert. Cette proposition de loi vise simplement à informer le public pour lui dire quand une photo présentant une image corporelle est retouchée. D’ailleurs, il y a tellement d’images refaites aujourd’hui qu’il vaudrait même mieux signaler quand celles-ci ne sont pas retouchées.

  14. Salut,

    Merci pour cette analyse satyrique de ce projet de texte de loi.
    Peut-on réutiliser les messages d’avertissement que tu as réalisé sur nos sites web par ex ?

    A+

    Stef

  15. Allez-y, ils sont faits pour ! La députée suggère que les « professionnels qui utilisent les logiciels de traitement d’images » contribuent à la définition de ce qu’est une photo retouchée. A vous de jouer…

  16. @ Christian B : entièrement d’accord avec votre intervention.

    J’aurais du développer un peu… Je ne sous-estime pas la publicité, je serais plutôt partisan de l’interdire : restriction de l’affichage, suppression de la pub à destination des enfants, etc., dans la mesure où elle est sans doute une des principales causes de cette course à la consommation. Oui, la publicité est en partie responsable de notre vision du monde, de notre idée de bonheur.

    L’intention de la députée est légitime, mais elle se trompe complètement de méthode. Je ne pense pas que nous soyons dupes des corps parfaits des magazines, mais aucun doute que cela nous influence quand même. De la même manière qu’aucun petit caïd fasciné par Scarface ne pense un instant qu’il s’agit d’un documentaire ! La publicité nous influence, et pourtant nous savons clairement qu’il s’agit de publicité. La proposition de loi de la députée revient à coller un avertissement sur les affiches : « Attention, ceci est une publicité, ce n’est pas la réalité » !

  17. Merci pour votre réaction, Jeff ; je pense que nous sommes d’accord et je m’en réjouis 🙂
    A ce propos, je lis dans la presse (belge) de ce jour, que ce jour serait ‘l’overshoot day’, à savoir le jour de l’année où nous avons consommé tout ce que la terre peut produire en une année (jusqu’au 31 décembre, on va épuiser ses réserves..).
    Bonjour l’avenir !
    http://www.lalibre.be/societe/sciences-sante/article/531289/c-est-l-overshoot-day-2010-commence-demain.html

  18. C’est le grand bazar partout on dirait!Bonjour l’avenir fait de renouveau avec la science et la conscience.En progrès quoi et optimisme.

  19. alors…ils en disent quoi les professionnels sur la définition d’une image retouchée?
    les amateurs ont-ils aussi le droit à une définition?
    Moi je ne suis pas professionnelle donc …
    Mais dans mon esprit simple, une photo retouchée est une photo qui subit une modification quelconque… dès lors qu’elle sort de l’appareil et qu’on la recadre^^c’est pour moi une retouche!
    Si elle est d’origine couleur et qu’on la passe en n&b, c’est une retouche… pour un peu qu’on enlève une poussière,c’est aussi une retouche…etc, numérique ou non ,peu importe le traitement qu’on lui fait subir^^, ce sont des retouches!!!
    où commence et où s’arrête la retouche?
    et les photomontages? on en dit quoi? elles sont classifiées comment? le montage commence où,se termine où?

    là c’est un projet qui vise l’image et la photo uniquement dans un contexte publicitaire? on est bien d’accord madame la député?

    Mais la publicité audio? Vous l’oubliez!
    Vous avez quelquefois entendu des slogans publicitaires qui dévalorisent ou la femme ou l’homme?… oui comme tout le monde,et à mon sens elle est tout aussi néfaste^^
    souvenez -vous il y a 30 ou 40 ans?… la pub Nestlé, qui mettait en valeur son bon lait…dans les maternités, on conseillait même aux mamans de ne pas allaiter!
    Résultat 30 ans plus tard…des campagnes réintroduisent les bienfaits de l’allaitement maternel…
    Ou la ménagère et son balai Bissel…(qui n’a pas rêvé de ce balai magique? sauf le toutou familial^^
    Ce sont toutes les formes de pub sur lesquelles il faut légiférer madame la député… parce que, c’est çà la pub: véhiculer une image (l’image n’est pas que photographique)
    autant interdire tout simplement les études sociologiques, qui permettent d’agir sur nos petites âmes sensibles et non pensantes^^ celles qui nous donnent la sensation d’être libre, alors que nous sommes purement et simplement guidés!
    et s’il n’y avait que la pub^^madame la député!
    Il faut quand même arrêter de prendre les gens pour des nouilles,ce n’est pas parce que je vais voir un mannequin de 1.72m que vais m’imaginer pouvoir mesurer cette taille (si avec de très hauts talons)
    Xfiles: le problème est ailleurs!!!
    je dirai même plus… trop c’est trop^^
    trop de corps de rêves,trop de nudités,trop de bêtises …tuent!!
    çà produit l’effet inverse, çà devient tellement risible qu’on n’y croit plus!

  20. comme dirait HCB je veux voir mon filet noir sur les photos que vous publiez ainsi que mon nom et pas DR…. bande de c….
    j ai aussi une pensée pour mon vieux et regretté prof dit papy mc2 au carré qui a debuté sa carriere de retoucheur pour le pré press de paris hollywood ou il retouchait les poils pubiens des jeunes filles en direct sur les negatifs (préalablement reproduit sur un banc de repro)…

  21. Voila qui aura au moins eu l’avantage de faire revenir Marie!!!
    Bonjour Marie.
    Pour le reste, Rembrandt,Rubens, et tous les autres, c’était déjà de la retouche! Cependant je serai plus nuancé que la majorité car je pense que le Diktat de la minceur-jeune-et-sansdéfaut-toujoursparfaite doit trouver une limite. Je me souviens avoir croisé Julia ROBERTS il ya quelques années maintenant ( si si c’est vrai), elle sortait du hard rock café à Londres pour une promo je crois. Et bien je ne l’aurais jamais reconnue si elle n’avait été en compagnie de Rchard GEER que lui j’ai reconnu tout de suite – et si un atroupement n’avait pas attiré mon attention- Ca m’avait frappé, lui était bien conforme à son image dans les médias, sans trop de  » modif » elle, n’avait pas grand chose à voir avec l’image que j’en avais reçue par la presse, et je la trouvais quelconque, Je ne l’aurais surement pas remarquée si elle avait été seulle sur le trottoir comme madame tout le monde.
    Au fait ce projet de loi est-il fait pour « proteger » le happy few qui fréquente ce site et qui a la chance de disposer d’un intelect suffisant pour ne pas être dupe de la presse people, ou bien les autres…?

  22. Serge ce n’est pas cet article qui me fait revenir^^
    je râle en permanence,çà c’est du connu!
    c’est le hasard de ma disponibilité^^
    moi j’écoute une émission (avec un certain j-c Bechet, pour me tenir au vent des courants photographiques,et des techniques,et je reste fidèle à un mag sympa qui nous apprend bcp)…
    Je ne suis pas une photographe,même pas amateur, je suis juste une « peintresse » numérique et virtuelle^^
    je modifie mes fichiers,je les transforme suivant mes gouts et l’envie du moment!
    je ne pense pas être la seule dans ce cas,et de vrais bons photographes avérés,usent aussi de cette façon facile, pour obtenir un truc plus ou moins artistique^^c’est la part de rêve du photographe! et l’aboutissement n’est-il pas le rendu final?
    tout photographe,ne veut-il pas se donner une part de rêve?
    et donner une image de ce qu’il a vu et ressenti à un moment donné?
    après, faire une loi qui guide et dirige ,ben moi je sors de mes gonds… et le libre arbitre ?
    il ne faut pas tout confondre!
    il y a la pub d’un côté, et l’art de l’autre!
    il y a des problèmes sociologiques qui ne viennent pas de l’art de la photo ou autre…
    ce sont des problèmes de société^^ et ce n’est pas en légiférant sur un problème ponctuel que çà fera des miracles!
    non!
    il faut commencer par le commencement,et donner à toute personne,la possibilité d’avoir un esprit critique! et la lecture et la culture sont des solutions plus efficaces que toute autre chose^^
    voilà ce que moi j’ai envie de dire à madame la député!

    Je m’invite sur le post de ma chère et tendre. J’ajouterais que « Le meilleur des mondes » n’est pas loin: à force de protéger, on transforme les gens en enfants, et de protéger à gouverner…, ou régenter!, il n’y a pas loin… Où est l’esprit libertaire de nos (vos) jeunes années? La liberté a un prix, la protection absolue, c’est Genitrix… Alors, choisis ton camps camarade… Ce qui est vraiment préoccupant, c’est que ce projet de loi s’inscrit dans une tendance « lourde »: la loi Gayssot (animée des meilleures intentions, l’enfer n’en est-il pas pavé?), la responsabilité pénale des écrivains, la jurisprudence de la CEDH, systématiquement en faveur du droit au respect des croyances au détriment de la liberté d’expression… BRRRRR…

  23. @ Marie: Evidemment, c’est pourquoi je commençais mon poste par Rembrandt et Rubens, et tous les autres, c’était déjà de la retouche…
    je trouve également dommage d’avoir a faire un texte, e livre d’Huxley me fut aussi longtemps un livre de chevet et j’aime à vivre  » dangereusement ». Mais cela m’est facile à moi.
    Cependant ne confondons pas tout, il n’st pas je crois question d’interdire quoi que ce soit, ou alors je n’ai pas compris. Je ne suis pas une femme, et ne suis pas plus concerné plus que ça. Il me semble pourtant souvent lire une certaine souffrance dans le regard de femmes ou de jeunes filles qui voudraient vainement ressembler à des modèles qui ,n’existent tout simplement pas, parce qu’elles y croient.
    Encore une fois, quand on tente une protection, ce n’est généralement pas pour protéger les gens qui n’en ont pas besoin.

    Vous, moi ( sans prétention) saurons toujours faire la part des choses. des amis ont eu une fille anorexique, c’est terrible, et les posters de sa chambre me semblent diaboliques dans son cas…

  24. ha Serge! oui l’anorexie ,comme d’autres maladies,sont très difficiles et à combattre et à soigner!
    Mais justement ce sont des maladies…
    d’ailleurs sont pas nombreux les photographes à donner leur point de vue ici,sur ce qu’est une retouche!
    personnellement ,je suis plus touchée par les conditions de travail des mannequins (la restriction alimentaire par exemple) qui elle produit des effets vraiment dramatiques sur le corps de la personne!
    Le photographe lui, modifie son image par ce qu’on lui demande de le faire, sa photo ne sera pas dans la tendance^^ s’il ne le fait pas!
    A mon sens,Il faut plus regarder du côté de la mode, que du photographe! (pour ce qui est de l’anorexie en tout cas)

Trackbacks/Pingbacks

  1. David MENTRÉ (dmentre) 's status on Wednesday, 23-Sep-09 13:43:47 UTC - Identi.ca - [...] Encore une loi idiote : http://www.photofloue.net/2009/09/23/proposition-de-loi-relative-aux-photographies-d-images-corporel... [...]
  2. Vers une loi obligeant - [...] [...]
  3. Retouchée ! « JG photographies - [...] une ligne primordiale (vous retrouverez l’intégralité et des points de vue sur le site PHOTOFLOUE.net qui prête gracieusement ses…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*