Pages Navigation Menu

(il y a un jeu de mots)

Comment imprimer dans Photoshop en utilisant un profil icc

Suite à la question d’un lecteur, et parce qu’on m’a déjà posé la même à de nombreuses reprises, voici la procédure pour imprimer dans Photoshop (la méthode est similaire dans d’autres logiciels) en utilisant un profil ICC spécifique.

Un rappel du principe, tout d’abord :

  • Photoshop propose deux options : « Laisser l’imprimante gérer les couleurs » et « Laisser Photoshop gérer les couleurs ». La première peut donner de bons résultats, mais ils ne seront en général pas aussi bons qu’en réglant ce paramètre dans Photoshop.
  • Chaque papier réagit différemment à l’imposition d’encres, en fonction de sa surface, de son grain, de sa porosité, de son traitement… Chaque combinaison type de papier / modèle d’imprimante mérite un réglage particulier, enregistré sous la forme d’un petit fichier dit « profil ICC« .

Pour imprimer dans Photoshop en utilisant un profil icc fourni par le fabricant :

  1. télécharger le profil icc correspondant au couple papier / imprimante sur le site du fabricant. Parfois il faut chercher un peu, mais l’adresse est souvent indiquée sur le mode d’emploi dans la pochette du papier. Bien sélectionner le bon modèle d’imprimante et la bonne référence papier. Il est possible, si c’est un papier de la marque de votre imprimante, que le profil soit déjà installé sur votre machine.
  2. installer ces profils au bon endroit :
    • sur Mac : /Library/ColorSync/Profiles
    • sur Windows en général : clic droit sur le profil et « installer le profil », sinon
    • sur Windows XP : \Windows\system32\spool\drivers\color
  3. choisir « laisser Photoshop gérer les couleurs » dans le dialogue d’impression
  4. sélectionner le profil du papier dans « Profil de l’imprimante ». Quelques fois c’est pas simple de le retrouver car le nom du papier est abrévié (ARMP = Archival Mat chez Epson).
  5. choisir « Colorimétrie relative » dans « Mode de rendu » et cocher « compensation du point noir » (il peut arriver que le mode « Perception » donne de meilleurs résultats en fonction de la photo, si le rendu « relatif » ne vous satisfait pas, essayez « perception »)
  6. cliquez sur « Imprimer« , ce qui ouvre la boite de dialogue de l’imprimante
  7. dans l’onglet / le menu « couleur », choisissez « Désactivé / Pas de calibration » (c’est le profil ICC qui va faire le boulot, il ne faut pas que l’imprimante vienne mettre son grain de sel
  8. dans « Support« , choisissez le type de papier. En fonction de votre imprimante, vous aurez plusieurs choix, si le papier n’est pas de la marque de votre imprimante, la référence à choisir est en général indiquée dans le mode d’emploi du papier. Si ce n’est pas le cas, choisissez le type le plus proche (mat, brillant, aquarelle, lustré…) du papier que vous utilisez.
  9. choisissez de préférence la meilleure qualité, et désactivez de toutes façons l’option « vitesse rapide »

Selon votre imprimante, les termes cités ci-dessus peuvent être différents, mais vous devriez vous y retouver. Il y a d’autres options, comme « détails plus fins », « 16 bits par canal » sur mon Epson 3800 par exemple, cela est à tester éventuellement pour trouver le meilleur rendu, variable selon la photo — si vous débutez, ne vous encombrez pas de cela pour le moment.

Sachez enfin qu’il existe des solutions pour faire faire sur mesure des profils ICC en fonction de votre imprimante à vous et de votre papier préféré (par exemple chez profilicc.com). Et qu’il est indispensable d’avoir un moniteur calibré pour obtenir sur papier un résultat proche de celui que vous visualisez sur écran.

Quelques adresses de profils (souvent cachés dans les pages « support ») :

6 Comments

  1. Il me semble important de rajouter ceci :

    Si votre écran est calibré et quel que soit l’étendue de son Gamut (c’est-à-dire sa capacité à rendre un nombre plus ou moins élevé de couleur) je vous conseil chaleureusement d’utiliser l’épreuvage écran de AVANT de passer à la fenêtre d’impression de Photoshop. Cela vous permettra de valider le mode de rendu le plus adapté à l’image que vous vous apprêtez à imprimer.

    Pour faire cours, le mode de rendu offre des choix qui vont définir de quelle façon le profil source de l’image (sRVB, Adobe98, ProPhoto etc.) va être passé à la moulinette pour être transformé en profil de destination (celui de votre trio imprimante/encre/papier).

    Ainsi, vous verrez « en amont de l’impression et virtuellement affichés » comment les couleurs, les détails dans les basses lumières et la saturation de l’image seront théoriquement imprimés.

    Le mode de rendu étant un paramètre essentiel et jamais définitif (à définir pour chaque image à imprimer) l’épreuvage écran est, il me semble, un bon moyen d’optimiser encore son tirage 😀

    Pour faire un épreuvage écran :

    Affichage > Format d’épreuve > Personnalisé

    Sélectionnez le profil de destination dans le menu déroulant « Périphérique de simulation »

    Je conseil de ne cocher QUE la compensation du point noir et, bien entendu, la case « Aperçu »

    Il ne reste plus qu’a faire défiler les différents modes pour voir les résultats.

  2. Oui, l’épreuve logicielle est un début très intéressant qui évite de gâcher du papier. Mais il faut garder en tête un point important : l’écran n’a pas les mêmes capacités calorimétriques qu’une impression. Il est donc possible de simuler les couleurs imprimées dès lors qu’elles peuvent effectivement être rendues par le moniteur. C’est souvent intéressant pour les hautes lumières et les couleurs saturées, l’écran étant plus performant qu’une impression (l’impression ne pourra donc pas rendre les mêmes teintes). Mais l’inverse est impossible. Un écran est plutôt mauvais dans les ombres, les marines, pourpres, etc. Là, on ne peut avoir la surprise que lors d’un tirage d’épreuve. De toute façon il me semble que le tirage d’épreuve (sur un dispositif d’impression moins chère) devrait être un préliminaire pour caler l’accentuation.

    Reste que trouver les endroits où les écarts peuvent apparaître sur l’épreuve, savoir où regarder, cela n’a rien d’évident. On peut s’aider en comparant les profils (celui de votre écran et celui de votre impression) dans « Utilitaire colorsync » onglet « Profil ». Choisissez un premier profil (celui de votre écran par exemple) puis dans le petit menu en haut à gauche sur le graphique choisissez « Conserver pour comparaison ». Choisissez alors un second profil (celui de votre impression).
    Le graphique est 3D. Manipulez-le pour aller voir ce qui se passe dessous (c’est là que l’impression est bien meilleure que l’écran). Vous pourrez voir où les deux profils ne correspondent pas. Cela vous permet de savoir où regarder sur l’épreuve pour observer des choses que vous ne pouviez pas voir sur l’écran (qui ne peut physiquement pas rendre la teinte) ou observer si ce qui bouge par rapport à l’écran (teintes qui ne peuvent pas être rendue par l’impression) et que vous pouviez déjà vérifier avec un softproofing comme indiqué plus haut.

  3. J’oubliais, on peut trouver un service de calibration à bon prix chez Christophe Métairie :
    http://www.cmp-color.fr/Imprimante.html#Les%20tarifs:

  4. Compliqué, mais attendu (par moi) depuis longtemps ; on s’accroche, on étudie ça et.. on dit merci !

  5. Merci pour cet article, pour ma part je fais créer mes profils chez http://couleur-icc.com c’est ce que j’ai trouvé de meilleur en France et surtout de moins cher? Je conseil
    Sophie.

  6. Sera-t-on un jour capable d’écrire un article compréhensible par tous sur cette question des profils ICC ?
    J’attends avec impatience.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*