Pages Navigation Menu

(il y a un jeu de mots)

Cartes postales pré-Photoshop

concorde 1

Il y en a qui n’ont pas attendu Photoshop… (cliquez sur la carte postale pour l’agrandir)

En voici une autre, décidément quel trafic place de la Concorde !

concorde 2

10 Comments

  1. Avant même le montage pour modifier la réalité, la photographie* nécessitait du montage pour s’approcher de la réalité : le ciel ne pouvait être que blanc à la prise de vue et les ciels étaient peints ou plus tard montés depuis un autre cliché.
    La photographie a toujours été une construction du réel. Mais c’est quoi le réel en fait ?

    Il est toujours bon de rappeler que Photoshop n’a rien inventé. Il a apporté la rapidité et plus de précision, ce qui en soit est une petite révolution.

    À si, j’oubliais, il a également apporté une chose inestimable : il a fait prendre conscience à un très large publique que la photographie peut être une manipulation (ce qui a toujours été le cas), il a rendu la photographie suspecte, ce qu’elle aurait toujours dû être, et le lecteur plus critique. C’est sans doute une des choses les plus importantes apportée par le numérique.

    *Après le daguerréotype.

  2. L’angle de prise de vue et le choix de la focale sont déjà des constructions du réel.

  3. ce n’est pas une modification de la réalité…comme le dit Serge… c’est ensuite une interprétation de l’auteur dans un souci esthétique, comme le peintre le fait avec ses pinceaux, ou le musicien avec son instrument….
    le réel est bel et bien là, l’interprétation diffère…
    photoshop n’a rien inventé 😉 c’est un outil plus moderne qui s’adapte aux nouvelles exigences du moment.

  4. Alors interpretons avec sourire.
    C’est quoi au fait le réel? Je suis assez d’accord avec Serge et Marie d’une part il faut faire le choix de l’appareil comme outil et de l’autre y mettre un peu de rêve.Serions nous des manipulateurs !ok j’ai compris.

  5. SirDeck : voir les marines de Gustave Le Gray qui atteignent en ce moment des sommets dans les ventes aux enchères : tous les ciels ont été ajoutés a posteriori sur les photos de mer. Et personne ne s’offusque de ces « manipulations analogiques ».

    Marie, sur ces cartes, je mettrais le souci commercial avant le souci esthétique. Ca devait nettement mieux se vendre, les cartes avec aéronef.

  6. 😉 🙂 oui , le commercial avant… l’aéronef devait faire rêver…

  7. Quand je pense qu’aujourd’hui le survol de paris est interdit… On ne peut même plus se faire l’arc de triomphe quand on en a envie… !!!

  8. @ l’heure de l’écologie il reste la tour Montparnarse superbe vue de la haut.!

  9. Étonnant tout de même ce besoin de meubler, d’en rajouter, qu’il s’agisse de nuages ou d’objets volants. Quand on y pense, si les ciels étaient restés tout blanc, on aurait pu y écrire un petit quelque chose, ou y mettre le timbre ; et on aurait alors gagné un peu de place pour l’épistolaire au dos de la carte postale.

    « voir les marines de Gustave Le Gray qui atteignent en ce moment des sommets dans les ventes aux enchères : tous les ciels ont été ajoutés a posteriori sur les photos de mer. Et personne ne s’offusque de ces “manipulations analogiques. ” Oui, mais Le Gray avouait-il le trucage?

    Par ailleurs, pour éclairer d’une autre manière la lecture de ces cartes : « le terme de ‘dessin’ était […] encore couramment utilisé pour la photographie vers 1850 » (Nouvelle histoire de la photographie, dir. Michel Frizot, éd. Larousse, p. 96).

  10. @ Erwan: et le timbre à l’époque était collé sur la photo et non au dos comme aujourd’hui !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*