Pages Navigation Menu

(il y a un jeu de mots)

Lightroom et les couleurs des fichiers Raw

A la suite de commentaires sur un article précédent à propos du traitement par Lightroom des tons chauds dans les fichiers raw, je me suis livré à un test comparatif entre les mêmes fichiers convertis avec LR et avec Bibble Lite, un développeur de fichiers Raw (« dérawtiseur »).

Des discussions sérieuses sont engagées dans blogs et forums (voir une bonne synthèse, des réactions et des photos témoins sur www.photo.be) disent en substance : avec Lightroom, on n’arrive pas à bien développer les Raw comportant des tons chauds, les images obtenues ont une dominante jaune. Par contre, avec les autres logiciels (Capture, Bibble…), les photos sont beaucoup plus chaudes.

Pour en avoir le cœur net, test comparatif et images :

Procédure de test

J’ai ouvert les mêmes fichiers .nef (le Raw de la maison Nikon) dans Lightroom et Bibble Lite, avec les réglages par défaut. J’ai enregistré (exporté) le résultat en jpg, et j’ai comparé.

Voici les photos test, choisies pour leur tonalité chaude. Le passage au web a un peu atténué les dominantes, les différences entre originaux sont plus marquées.

(cliquez sur les photos pour les agrandir — les couleurs sont plus fidèles sur les images agrandies. une fois la première photo ouverte, vous pouvez naviguer en cliquant à gauche et à droite de la photo)

Photo 1 :

1lr

1bb

Photo 2 :

2lr

2bb

– photos 1 et 2 (mer et falaises en fin de journée) : rendu plus flatteur (+ chaud, + rouge) chez Bibble

Photo 3 :

3lr

3bb

– photo 3 : coucher de soleil : mieux chez LR où le soleil est une orange que Bibble où le soleil est tomate

Photo 4 :

4lr

4bb

– photo 4 : maison en pierre éclairée par soleil couchant : mieux chez LR, forte dominante magenta chez Bibble

Photo 6 :

5lr

5bb

– photo 5 : gros plan de fougère fanée en début de journée : plus flatteur chez Bibble, mais plus subtil chez LR

Photo 7 :

6lr

6bb

6lr+noir

– photo 6 : branchages au coucher de soleil : LR affiche un histogramme qui ne va pas jusqu’au noir, contrairement à Bibble. Une fois les noirs montés dans LR (photo du bas), diagnostic idem photo 5

Photo 7 :

7lr

7bb

– photo 7 : bateau échoué, lumière après coucher de soleil très douce : Bibble plus (trop) saturé et noir, LR donne une interprétation plus naturelle

Conclusion arithmétique : match nul.

Conclusion photographique
:

  • Les photos pour lesquelles Bibble était meilleur n’étaient pas dramatiques dans LR. Bibble au contraire « abime » deux images (bateau et maison).
  • Là où l’on pourrait reprocher à LR sa dominante jaune, on pourrait reprocher à Bibble sa dominante magenta.
  • Le parti pris de LR semble être plus neutre, alors que Bibble favorise un développement plus flatteur (idem minilabs).

Ce qui me parait important, c’est que les raw (en tous cas ceux-là) développés dans LR donnent plus de latitude de travail que ceux de Bibble : c’est toujours plus facile de monter les densités que de les descendre.

Je continue donc d’utiliser Camera Raw, qui présente par ailleurs l’avantage d’être intégré aux logiciels de traitement que j’utilise le plus souvent (Lightroom, Photoshop).

11 Comments

  1. Assez d’accord avec ton test, très intéressant.
    En ce qui me concerne, j’ai cependant finalement opté pour Bibble pro, mais pour un ensemble de raisons (le rapport qualité/prix n’y étant pas pour rien). Sachant que je trouve les rendus de DDP (logiciel Canon), très bons (heureusement !), mais le logiciel très incomplet.
    J’avoue aussi ne pas avoir envie de passer trop de temps à « récupérer » des sorties parfois un peu fades de LR, même si elles donnent plus de latitude de retouche.

  2. Pour élargir le test a d’autres programmes, se rendre sous:
    http://blog.beyondbits.com/?p=522
    (attention les yeux…)

    Après les rendus de fichiers RAW sont une internprétation qui permet de développer son image selon le rendu de la sène qui nous a donné envie de déclencher (encore une interprétation…).

    De plus on doit pouvoir imposer un preset a l’image lors de l’imporation de cette dernière dans la base de donnée de lightroom. Celà pourrait permettre d’enlever une dominante quelconque avant même de commencer le processus de traitement de l’image.

    (ais-je été clair? pas sûr…)

    Bon week-end quand même 🙂

  3. Philippe,

    Le problème se situe dans les tons chairs et dans les tons chauds avec une forte saturation, le problème est réel, j’ai eu l’occasion d’en discuter avec pas mal de photographe portraitistes.

    Les forums d’adobe regorgent de post qui reprennent ce problème, Adobe est mainteant conscient de cette mauvaise gestion et apparament serait en train de retravailler sur le module ACR (qui est le coeur même de photoshop et de lightroom)

    Quelques retours d’utilisateurs

    adobe forum

    adobe forum

    luminous landscape

    adobe forum

    powershot

    Cette image est a mon sens assez représentative du problème, dans le cas présent les spots étaient bien rouges…

  4. Oui, 3 fois oui, Adobe est au courant et le problème des rouges dans ACR/Lr ne sera bientôt plus qu’un mauvais souvenir.

  5. photo.be > d’un autre côté, la dominante rouge, si elle est plus représentative de la scène, doit être une base de travail plus délicate pour une éventuelle retouche ?

  6. Et il semble que ces problèmes soient plus flagrants avec les Canon.

  7. Yep, le message est bel et bien passé je pense, j’ai pu voir vraiment une série de psots de ce style un peu partout sur le net…

  8. J’ai caractérisé mes deux boîtiers et cela concerne surtout le rouge primaire (et que ça sur mon 40D).
    Une fois l’étalonnage activé, les teintes sont évidemment bien différentes dans les rouges orange.

  9. Essais comparatifs entre Bibble, Lightroom, et studio 2.11 d’Olympus Raw faits avec le E 510 Olympus ( ORF). Conclusion : Une fois pas mal de temps passé à tout régler dans les 3 logiciels, les rendus sont bien meilleurs dans Bibble. En particulier dans les hautes lumières ( un peu ) grillées, Bibble trouve des nuances que je n’ai pu trouver ni dans LR ni ( surtout ) dans Studio. Un bref essai de Silkypix ne m’a pas enthousiasmé.
    Bibble cependant exige un débruitage sérieux (bruit=9) pour éviter des artefacts visibles à partir de zoom=250 (sorte de grillage sur toute l’image).

  10. j’ai trouvé une solution assez « magique » pour résoudre les problèmes de couleur des fichiers raw ( j’utilise DxO ): la carte de calibration pour APN de chez C Métairie « Digital Target ». Après prise de vue de la carte j’ai envoyé le fichier chez Métairie qui m’a créé un jeu de profils icc pour mon boitier sous DxO: tous les problèmes de couleurs trop saturées et de contraste sont résolus. Le profil s’utilise en interne dans le logiciel et le rendu est juste. voir ici : http://www.cmp-color.fr/digital%20target.html
    cette technique doit pouvoir s’appliquer dans d’autres logiciels.
    Francis

  11. ouaip! les profils marchent plutot bien avec certains logiciels comme dxo, capture one, bibble aussi il me semble,
    moi j’utilise capture one avec succès depuis plus de 6 mois avec des profils personalisés. Le gros avantage étant de pouvoir avoir des couleurs parfaites très facilement, le seul hic étant de devoir acheter la mire.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Raw : quel dérawtiseur ? - [...] abordé le sujet dans un billet au mois d’avril Lightroom et les couleurs des fichiers raw, déjà aiguillonné par…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*